GAU_2/GAU67
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
LE TROU DU SERPENT
         Au long des murs, quand le soleil y donne, 4+6
         Pour réchauffer mon vieux sang engourdi ; 4+6
         Avec les chiens, auprès du lazarrone, 4+6
         Je vais m'étendre à l'heure de midi. 4+6
5 Je reste sans rêve et sans pensée, 4+6
         Comme un prodigue à son dernier écu, 4+6
         Devant ma vie, aux trois quarts dépensée, 4+6
         Déjà vieillard et n'ayant pas vécu. 4+6
         Je n'aime rien, parce que rien ne m'aime, 4+6
10 Mon âme usée abandonne mon corps, 4+6
         Je porte en moi le tombeau de moi-même, 4+6
         Et suis plus mort que ne sont bien des morts. 4+6
         Quand le soleil s'est caché sous la nue, 4+6
         Devers mon trou, je me traîne en rampant, 4+6
15 Et jusqu'au fond de ma peine inconnue, 4+6
         Je me retire aussi froid qu'un serpent. 4+6
mètre profil métrique : 4+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie