GAU_2/GAU75
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
ROMANCE
I
         Au pays se fait la guerre, 8
         Mon bel ami s'en est allé ; 8
         Il semble à mon cœur désolé 8
         Qu'il ne reste que moi sur terre ! 8
5 En partant, au baiser d'adieu, 8
         Il m'a pris mon âme à ma bouche. 8
         Qui le tient si longtemps ? mon Dieu ! 8
         Voilà le soleil qui se couche, 8
         Et moi, toute seule en ma tour, 8
10 J'attends encore son retour. 8
II
         Les pigeons, sur le toit, roucoulent, 8
         Roucoulent amoureusement, 8
         Avec un son triste et charmant ; 8
         Les eaux sous les grands saules coulent. 8
15 Je me sens tout près de pleurer ; 8
         Mon cœur comme un lis plein s'épanche 8
         Et je n'ose plus espérer. 8
         Voici briller la lune blanche, 8
         Et moi, toute seule en ma tour, 8
20 J'attends encore son retour. 8
III
         Quelqu'un monte à grands pas la rampe, 8
         Serait-ce lui, mon doux amant ? 8
         Ce n'est pas lui, mais seulement 8
         Mon petit page avec ma lampe. 8
25 Vents du soir, volez, dites-lui 8
         Qu'il est ma pensée et mon rêve, 8
         Toute ma joie et mon ennui. 8
         Voici que l'aurore se lève, 8
         Et moi, toute seule en ma tour, 8
30 J'attends encore son retour. 8
mètre profil métrique : 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie