GAU_2/GAU76
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
LE SPECTRE DE LA ROSE
         Soulève ta paupière close 8
         Qu'effleure un songe virginal, 8
         Je suis le spectre d'une rose 8
         Que tu portais hier au bal. 8
5 Tu me pris encore emperlée 8
         Des pleurs d'argent de l'arrosoir, 8
         Et parmi la fête étoilée 8
         Tu me promenas tout le soir. 8
         O toi, qui de ma mort fus cause, 8
10 Sans que tu puisses le chasser, 8
         Toutes les nuits mon spectre rose 8
         A ton chevet viendra danser : 8
         Mais ne crains rien, je ne réclame 8
         Ni messe ni De Profundis ; 8
15 Ce léger parfum est mon âme, 8
         Et j'arrive du paradis. 8
         Mon destin fut digne d'envie ; 8
         Pour avoir un trépas si beau, 8
         Plus d'un aurait donné sa vie, 8
20 Car j'ai ta gorge pour tombeau, 8
         Et sur l'albâtre où je repose 8
         Un poëte, avec un baiser, 8
         Écrivit : Ci-gît une rose 8
         Que tous les rois vont jalouser. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie