GAU_2/GAU87
Théophile Gautier
La comédie de la mort
1838
ABSENCE
         Reviens, reviens, ma bien-aimée, 8
         Comme une fleur loin du soleil ; 8
         La fleur de ma vie est fermée, 8
         Loin de ton sourire vermeil. 8
5 Entre nos cœurs tant de distance ; 8
         Tant d'espace entre nos baisers. 8
         O sort amer ! ô dure absence ! 8
         O grands désirs inapaisés ! 8
         D'ici là-bas, que de campagnes, 8
10 Que de villes et de hameaux, 8
         Que de vallons et de montagnes, 8
         A lasser le pied des chevaux ! 8
         Au pays qui me prend ma belle, 8
         Hélas ! si je pouvais aller ; 8
15 Et si mon corps avait une aile 8
         Comme mon âme pour voler ! 8
         Par-dessus les vertes collines, 8
         Les montagnes au front d'azur, 8
         Les champs rayés et les ravines, 8
20 J'irai, d'un vol rapide et sûr. 8
         Le corps ne suit pas la pensée ; 8
         Pour moi, mon âme, va tout droit, 8
         Comme une colombe blessée, 8
         T'abattre au rebord de son toit. 8
25 Descends dans sa gorge divine, 8
         Blonde et fauve comme de l'or, 8
         Douce comme un duvet d'hermine, 8
         Sa gorge, mon royal trésor ; 8
         Et dis, mon âme, à cette belle, 8
30 «Tu sais bien qu'il compte les jours, 8
         O ma colombe ! à tire d'aile, 8
         Retourne au nid de nos amours.» 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie