HEU_1/HEU20
Gaston Heux
L'INITIATION DOULOUREUSE
1er cahier
1924
Le livre puéril
VIII
L'impossible indifférence :
Au poète Franz Ansel.
CLAIRVOYANCE
I
INTÉRIEUREMENT
         Toi qui songeais encor, délaissé des chimères, 12
         A leurs crins d'or épars sur tes jours de naguères, 12
         O mon être d'amour, avide d'être aimé, 12
         Irrévocablement, mon cœur, je t'ai fermé. 12
5 Dans des robes de soie et des lueurs de moire, 12
         Combien douces rôdaient au seuil de ma mémoire 12
         Celles dont la chair seule eut sa virginité ! 12
         Qu'espérait-on, vraiment, de ma crédulité ? 12
         Que le mensonge errant en parfums à leur bouche 12
10 Recevrait sur ma lèvre un accueil moins farouche ? 12
         Qu'ayant assez souffert de l'exil prononcé 12
         Je vous évoquerais, Perfides, du passé 12
         Et qu'aux limbes d'argent des fidélités fortes 12
         S'ouvrirait un jardin où renaîtraient ces mortes ! 12
15 Oui… , vous voilà ! groupes à groupes, vous glissez ! 12
         Qui vous regarde, hélas ! ne peut vous craindre assez. 12
         J'attends en vain de moi le geste qui repousse, 12
         Et votre astuce en fleurs sur tous mes sens est douce !… 12
         Ah ! que l'esprit, du moins, hostile à trop d'ardeurs, 12
20 Pénètre votre chair et voile ses splendeurs ! 12
         Mais vous transparaîtrez sous ces métamorphoses : 12
         Pareilles aux sommets dont les neiges sont roses 12
         D'une flore glacée éclose sous le gel, 12
         Chastes vous trahissez comme un printemps charnel. 12
25 Toute ivresse s'épure, et la vôtre peut-être… 12
         Vous appelez à vous, mais si bas, votre Maître, 12
         Qu'au fond de votre voix j'aurais peine à saisir 12
         Ce qu'il reste du cri de votre ancien désir ! 12
         Ainsi l'illusion farde de ses mensonges 12
30 Ces vierges aux beaux cils qui déçurent mes songes, 12
         Et n'ouvrent si profonds leurs iris étoilés 12
         Que pour précipiter d'un ciel les cœurs ailés ! 12
         Mais quoi ! tout mon espoir palpite sur leur trace !… 12
         Pas une qui se prête à m'arracher sa grâce… 12
35 Rien qu'en pesant sur moi de son regard très doux, 12
         La plus coupable, hélas ! fait honte à mon courroux… 12
         J'oublie en l'absolvant ce que je lui pardonne, 12
         Je le sens dans mon cœur : sa présence m'est bonne ! 12
         « O vous, dont je chéris jusqu'à l'indignité, 12
40 » Puisqu'elle affine encore et parfait la beauté, 12
         » Eh bien, rentrez-en moi, parjures ! L'âme tendre, 12
         » Si dur qu'en soit l'aveu, restait à vous attendre ! » 12
         » Et leurs groupes, alors, s'approchant tout surpris, 12
         » Me plaignaient à mi-voix : « Maître, tu t'es mépris ! » 12
45 O rythmes musicaux, frémissez sous les plectres ! 12
         O seuils où la pitié des pensives Électres 12
         Accueillera toujours Oreste reconnu !… 12
         « Salut ! hôte meurtri, des lointains revenu ! 12
         » Voyez ! l'étrange exil dont vous frappiez nos crimes 12
50 » Fit maîtresses, ici, vos heureuses victimes ! 12
         » D'un cœur dont nous sortions préférant vous bannir, 12
         » Vous avez loin de vous vécu votre avenir, 12
         » Et celles qu'on traitait trop vite d'exilées, 12
         » A votre triste chair restaient toutes mêlées ! 12
55 » Qui vous cherchait en vous ne vous y trouvait pas… 12
         » Aux mornes horizons s'enchevêtraient vos pas, 12
         » Et secouant enfin votre propre anathème 12
         » O Maître, vous rentrez, étranger, en vous-même ! » 12
         Telles vous sanglotiez, vierges, vos larmes d'or ! 12
60 Vous étreigniez ma main, toute meurtrie encor ! 12
         Doux êtres méconnus et chers jusqu'à mes doutes, 12
         O vous que je poussais parmi l'effroi des routes 12
         Où les vivants cailloux, pleins d'abois et de bonds, 12
         Comme des chiens mordent les pieds des vagabonds, 12
65 A voir ma chair en sang, vous pleuriez dans vos tresses, 12
         Et sur elle, en parfums, vous versiez vos tendresses ! 12
         Amantes, s'efforçant vers de purs abandons, 12
         Vous exerciez vos cœurs maternels aux pardons ; 12
         Les lèvres chaudes embrasaient la bouche blême. 12
70 Et vous étiez, pour mes remords, la pitié même ! 12
         Chacune dans la femme éveillant une sœur 12
         De cet ingrat impie absolvait la noirceur, 12
         Et comme tout en vous sanctifiait mes limbes, 12
         J'embrassais vos pieds nus et je baisais vos nimbes ! 12
75 Mais à peine, au chemin, mon front s'était heurté, 12
         Rejetant comme un masque une feinte bonté, 12
         Vous insultiez, avec un rire qui la blesse, 12
         Vous, la toute puissance, à ma toute faiblesse ! 12
         Alors, ce cœur crédule aux recommencements, 12
80 Je l'avais clos sur vous, irrévocablement. 12
II
INDIFFÉRENCE
I
Corbeille
         Dans la corbeille d'or des paisibles années, 12
         Comme un osier flexible aux doigts de Destinées, 12
         Mes jours entrelaçaient leur souplesse à mes nuits ! 12
         Odorante corbeille où s'amassent les fruits ! 12
85 Pampres qu'aux espaliers des vendanges insignes 12
         Pleure longtemps encor le sang meurtri des vignes ; 12
         Pêches d'un clos jaloux, équivoque saveur 12
         Qui dans leur tendre chair prolonge un goût de fleur ; 12
         Et vous, sous les frissons et l'éclair des rosées, 12
90 Douces gouttes de nuit, mûres cristallisées… 12
         Bleus raisins où, le soir, dans les ombres perdu, 12
         Un rayon trouve encor le frelon suspendu, 12
         Et traverse d'un trait de lumière expirante 12
         La grappe diaphane et l'aile transparente, 12
95 Maturité, fécondité, suavité, 12
         Dont les trésors déçus ne m'auront plus tenté, 12
         Vous vantiez vainement à mes détresses sourdes 12
         La volupté des vins dont les vignes sont lourdes. 12
II
Sérénité
         Molle extase des sens ! Sommeil de toute envie 12
100 Doux aspect de la mort dont s'entoure la vie ! 12
         Et toi, divine encor dans le vide des cieux, 12
         Lumière éparse, cendre immortelle des dieux, 12
         Si l'embûche est impie où te guettant des voiles, 12
         Ruisselle par les trous des clémentes étoiles ! 12
105 Ascètes ! ô fervents qui viviez à genoux ! 12
         Bienheureux qui portiez votre ciel avec vous ! 12
         Dans l'abîme sans fond des veilles extatiques, 12
         L'approche de vos dieux fermait vos yeux mystiques. 12
         Ils y passaient… leurs mains se fondaient en clarté. 12
110 Ils se nommaient Amour, Douceur, Sérénité, 12
         Et tant que leur présence étoilait vos paupières, 12
         Vos longs cils s'écartaient sous d'intimes lumières. 12
         Puis, lorsque le réveil de ces hautes amours, 12
         Rouvrait, hélas ! vos yeux à la pâleur des jours, 12
115 Haletants de regret sous ce ciel qui vous quitte, 12
         Pour mériter encor son auguste visite, 12
         Vous consumiez sans fin votre long avenir 12
         Entre un obscur espoir et l'obscur souvenir. 12
         Mais moi, moi ! reniant les dieux qui nous délaissent, 12
120 Libre de ces amours dont les meilleures blessent, 12
         Ton rude acier jamais ne m'a plus transpercé, 12
         Regret, flèche vibrant sur l'arc d'or du passé. 12
         Détourné du futur par la crainte d'y croire, 12
         Dans l'éternel présent des êtres sans mémoire, 12
125 Sereinement, sans un effort et les yeux clos, 12
         O temps, calme avenir, j'ai descendu tes flots. 12
         Et les soirs constellés suspendaient dans tes ondes, 12
         Pour me mêler aux cieux le reflet de leurs mondes. 12
         Rien de réel qui dût encor me retenir. 12
130 Que m'importait d'ailleurs que l'on en pût mourir, 12
         Trop heureux, mille fois, de m'engloutir en elle, 12
         Si l'onde constellée était l'onde mortelle. 12
         Combien ai-je connu de ces lointaines sœurs, 12
         Ophélias des temps qui mouraient d'être ailleurs. 12
135 Comme autrefois la vierge, au fil fatal du fleuve, 12
         Rêvait son rêve, inconsciente de l'épreuve, 12
         Sans qu'un geste réel, l'arrachant à la mort, 12
         Eût crispé sa main pâle aux roseaux verts du bord 12
         Tel aussi votre rêve au fond des cieux oublie 12
140 La détresse où se meurt la terrestre Ophélie… 12
         L'extase vous entraîne en ses funestes eaux, 12
         Mais les banalités, comme de grands roseaux 12
         Qui s'élancent vers vous des profondeurs secrètes, 12
         N'arrêtent pas vos yeux, éternelles distraites ! 12
145 Ainsi, sous la rigueur d'une infaillible loi, 12
         Jaillissant de mon cœur et s'absorbant en moi, 12
         Existence d'un jour, vaste fleur immobile 12
         Ouverte sur les eaux comme l'attrait d'une île, 12
         Ma pensée évoquait ce nénuphar géant 12
150 Qui sur son lac natal se replonge au néant. 12
III
RÉVEIL
         Et cette heure où, — mes yeux ! mes yeux larges ouverts !— 12
         J'ai replongé par vous dans l'énorme Univers… 12
         Mes paupières, brusquant l'orgueil de rester closes, 12
         M'étourdirent soudain du vertige des choses. 12
155 Moi qui disais « Vous, la lumière, et vous, le bruit, 12
         » Mes yeux fermés feront en moi la grande nuit, 12
         » Et mon calme, rebelle à toute violence, 12
         » Dans mon cœur sans échos tendra le grand silence ! » 12
         De mes sens maîtrisés je me sacrais le roi… 12
160 Et voici brusquement qu'au plus profond de moi, 12
         Les formes renaissaient, splendides ou funèbres, 12
         Dans la confusion de mes vieilles ténèbres. 12
         Le jour m'envahissait de houleuses clartés, 12
         Et sur leurs vagues d'or chantaient les Astartés ! 12
165 Éperdument se devinait la joie éparse, 12
         Du désir innombrable invisible comparse, 12
         Et partout se grisaient les satyres ardents, 12
         Ivres des thyrses verts qu'ils marquaient de leurs dents. 12
         Là, les riches pollens, que le vent dissémine, 12
170 Vers le pistil fécond inclinaient l'étamine, 12
         Et des bois, où la sève odorante brûlait, 12
         De la terre et des eaux je gardais un reflet : 12
         Double dans l'unité, la vie universelle, 12
         Qui s'exalte, palpite, et flamme, onde, ruisselle, 12
175 Épanouit deux fois son sublime réveil 12
         Dans ma pleine pensée et dans le plein soleil ! 12
         Ces aspects infinis, s'affranchissant de l'ombre, 12
         Se dérobaient sans cesse à l'étreinte du nombre, 12
         Comme le corps fondant d'une nymphe des eaux 12
180 Échappe aux ægypans à travers les roseaux. 12
         Rien que leur souvenir d'un vertige m'enivre… 12
         Alors, à voir le monde, impatient de vivre, 12
         Revivre encor la nuit les voluptés du jour. 12
         Je compris à jamais l'infini dans l'amour ! 12
185 L'amour ! qui fit sa joie, hélas, de mon supplice… 12
         Limpide amour où transparaît le sacrifice, 12
         Comme en de frais ruisseaux un lit noir de cailloux. 12
         Qui s'y plonge, s'y blesse, et nous en saignons tous 12
         Partout un même élan de force exaspérée 12
190 Initiait l'Amour à la douleur sacrée, 12
         !Et partout notre Espoir, avec son rire en pleurs, 12
         Retournait à l'Amour dans le pas des Douleurs ! 12
         — Nouée au tronc d'argent des bouleaux et des ormes. 12
         Nymphe qu'un soubresaut capricieux des formes 12
195 De la chair à la flore obligeait à déchoir, 12
         Toute la nuit, l'hamadryade, dans le noir, 12
         Avec ses reins cabrés faisant saigner l'écorce, 12
         S'obstinait dans l'élan captif de son beau torse. 12
         Des dryades, là-bas, du creux des chênes verts, 12
200 A cette amante en pleurs s'offraient, les bras ouverts ! 12
         De langoureux appels penchaient leurs formes blanches… 12
         Mais un sang végétal les figeait dès les hanches, 12
         Et le vivace espoir des cœurs jeunes et fous 12
         Les menait seul à l'impossible rendez-vous. 12
205 — En vain dans la torpeur dont l'été les embrase. 12
         Les midis consumaient une immobile extase… 12
         En vain le cœur du monde où rien ne remuait, 12
         S'abîmait gravement dans un songe muet : 12
         Les horizons lointains où s'épanche et se dore 12
210 La Clarté sans déclin qui n'a pas eu d'aurore. 12
         Unissaient, sous l'ardeur du jour essentiel. 12
         Le taciturne amour de la terre et du ciel ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie