HUG_15/HUG15
Victor Hugo
PREMIÈRES PUBLICATIONS
(à l'exception des pièces recueillies dans les Odes et Ballades)
1819-1820
LE 4 NOVEMBRE 1820
(SAINT CHARLES)
STANCES
         Je disais l'an passé : voici le jour de fête, 12
         Charles m'attend : je veux, ceignant de fleurs ma tête, 12
         M'offrir avec ma fille à son premier coup d'œil ; 12
         Quand ce jour reviendra, ramené par l'année, 12
5 Si je lui porte un fils, fruit de notre hyménée, 12
         Mon bonheur sera de l'orgueil. 8
         L'année a fui : voici le jour de fête ! 10
         Est-ce une fête, hélas ! que l'on apprête ? 10
         Qu'est devenu ce jour jadis si doux ? 10
10 De pleurs amers j'ai salué l'aurore ; 10
         Pourtant un Charle à mes vœux reste encore, 10
         J'embrasse un fils, mais je n'ai plus d'époux. 10
         Veuve, deux Orphelins m'attachent à la terre : 12
         Mon bien-aimé près d'eux ne viendra point s'asseoir ; 12
15 Ils ne dormiront pas sous les yeux de leur père, 12
         Et j'irai sur leurs fronts, plaintive et solitaire, 12
         Déposer le baiser du soir. 8
         O vain regret ! félicité passée ! 10
         Voici le jour où, sur son sein pressée, 10
20 À mon époux je redisais ma foi, 10
         Et je gémis sur une urne glacée, 10
         Près de ce cœur qui ne bat plus pour moi ! 10
         Ainsi la Veuve désolée, 8
         Digne du Héros au cercueil, 8
25 D'un doux souvenir accablée, 8
         Pleurait, auprès du mausolée, 8
         Son court bonheur et son long deuil. 8
         Nous voyions cependant, échappés aux naufrages, 12
         Briller l'Arc du Salut au milieu des Orages ; 12
30 Le Ciel ne s'armait plus de présages d'effroi ; 12
         De l'héroïque Mère exauçant l'espérance, 12
         Le Dieu qui fut Enfant avait à notre France 12
         Donné l'Enfant qui sera Roi. 8
V. M. HUGO.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie