HUG_16/HUG247
Victor Hugo
LES VOIX INTÉRIEURES
1837
UNE NUIT QU'ON ENTENDAIT
LA MER SANS LA VOIR
XXIV
         Quels sont ces bruits sourds ? 5
         Écoutez vers l'onde 5
         Cette voix profonde 5
         Qui pleure toujours 5
5 Et qui toujours gronde, 5
         Quoiqu'un son plus clair 5
         Parfois l'interrompe… — 5
         Le vent de la mer 5
         Souffle dans sa trompe. 5
10 Comme il pleut ce soir ! 5
         N'est-ce pas, mon hôte ? 5
         Là-bas, à la côte, 5
         Le ciel est bien noir, 5
         La mer est bien haute ! 5
15 On dirait l'hiver ; 5
         Parfois on s'y trompe… — 5
         Le vent de la mer 5
         Souffle dans sa trompe. 5
         Oh ! marins perdus ! 5
20 Au loin, dans cette ombre 5
         Sur la nef qui sombre, 5
         Que de bras tendus 5
         Vers la terre sombre ! 5
         Pas d'ancre de fer 5
25 Que le flot ne rompe. — 5
         Le vent de la mer 5
         Souffle dans sa trompe. 5
         Nochers imprudents ! 5
         Le vent dans la voile 5
30 Déchire la toile 5
         Comme avec les dents ! 5
         Là-haut pas d'étoile ! 5
         L'un lutte avec l'air, 5
         L'autre est à la pompe. — 5
35 Le vent de la mer 5
         Souffle dans sa trompe. 5
         C'est toi, c'est ton feu 5
         Que le nocher rêve, 5
         Quand le flot s'élève, 5
40 Chandelier que Dieu 5
         Pose sur la grève, 5
         Phare au rouge éclair 5
         Que la brume estompe ! 5
         Le vent de la mer 5
45 Souffle dans sa trompe 5
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie