HUG_23/HUG1001
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
I
LE LIVRE SATIRIQUE
— LE SIÈCLE —
XXVIII
AUX PRÊTRES
         Il sied de ressembler aux dieux. Ton Dieu, flamine, 12
         Dévore ses enfants ; ton Dieu, mage, extermine ; 12
         Augure, ton Dieu ment ; uléma, ton Dieu met 12
         La terre sous le sabre impur de Mahomet ; 12
5 Ton Dieu, Rome, est l’agneau, mais il tette la louve ; 12
         Ô noir dominicain qui rêves, ton Dieu trouve 12
         Agréable l’odeur infâme des bûchers ; 12
         D’affreux temples, ayant pour prêtres des bouchers, 12
         Sont l’habitation de ton Dieu, corybante ; 12
10 Brahmine, ton Dieu sombre aime la nuit tombante ; 12
         Rabbin, ton Dieu maudit la race de Japhet, 12
         Et cloue au fond du ciel le soleil stupéfait ; 12
         Sabaoth est cruel, Jupiter est immonde, 12
         Et pas un Dieu ne sait comment est fait le monde ; 12
15 Les peuples ont le choix pour fléchir le genou 12
         Entre le monstre Asgar et le monstre Vishnou ; 12
         Ce Dieu brait, celui-là rugit, celui-ci beugle ; 12
         C’est pourquoi l’idéal de l’homme est d’être aveugle, 12
         Ténébreux, vil, féroce, ignorant, odieux, 12
20 Afin d’être aussi près que possible des dieux. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie