HUG_23/HUG1022
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
III
LE LIVRE LYRIQUE
— LA DESTINÉE —
I
         Je suis fait d’ombre et de marbre. 7
         Comme les pieds noirs de l’arbre, 7
         Je m’enfonce dans la nuit. 7
         J’écoute ; je suis sous terre ; 7
5 D’en bas je dis au tonnerre : 7
         Attends ! Ne fais pas de bruit. 7
         Moi qu’on nomme le poète, 7
         Je suis dans la nuit muette 7
         L’escalier mystérieux ; 7
10 Je suis l’escalier Ténèbres ; 7
         Dans mes spirales funèbres 7
         L’ombre ouvre ses vagues yeux. 7
         Les flambeaux deviendront cierges. 7
         Respectez mes degrés vierges, 7
15 Passez, les joyeux du jour ! 7
         Mes marches ne sont pas faites 7
         Pour les pieds ailés des fêtes, 7
         Pour les pieds nus de l’amour. 7
         Devant ma profondeur blême 7
20 Tout tremble, les spectres même 7
         Ont des gouttes de sueur. 7
         Je viens de la tombe morte ; 7
         J’aboutis à cette porte 7
         Par où passe une lueur. 7
25 Le banquet rit et flamboie. 7
         Les maîtres sont dans la joie 7
         Sur leur trône ensanglanté ; 7
         Tout les sert, tout les encense ; 7
         Et la femme à leur puissance 7
30 Mesure sa nudité. 7
         Laissez la clef et le pène. 7
         Je suis l’escalier ; la peine 7
         Médite ; l’heure viendra ; 7
         Quelqu’un qu’entourent les ombres 7
35 Montera mes marches sombres, 7
         Et quelqu’un les descendra. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie