HUG_23/HUG1023
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
III
LE LIVRE LYRIQUE
— LA DESTINÉE —
II
AUX OISEAUX ET AUX NUAGES
         Ô vierges du zénith, nuées, 8
         Ô doux enfants de l’air, oiseaux, 8
         Blancheurs par l’aube saluées, 8
         Que contemple l’œil bleu des eaux ; 8
5 Vous Ève nomma la première ; 8
         Vous pour qui le Dieu redouté 8
         Fit cet abîme, la Lumière, 8
         Et cette aile, la Liberté ; 8
         Vous qu’on voit, du gouffre où nous sommes, 8
10 Dans le grand ciel mystérieux ; 8
         Vous qui n’admirez pas les Romes, 8
         Les fourmilières valant mieux ; 8
         Vous que la rosée en ses ombres 8
         Abreuve ou crée avec ses pleurs, 8
15 Oiseaux qui sortez des nids sombres, 8
         Nuages qui sortez des fleurs, 8
         Parlez ; vous que le jour fait naître 8
         Pour un essor illimité, 8
         Vous que le libre éther pénètre 8
20 De gloire et de sérénité, 8
         Vous qui voyez le mont austère, 8
         Le frais matin, le soir obscur, 8
         Toute la mer, toute la terre, 8
         Éternels passants de l’azur ; 8
25 Que dit-on, dans la nuit sereine, 8
         Que pense-t-on, dans la clarté, 8
         De toute cette honte humaine 8
         Qui rampe sous l’immensité ? 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie