HUG_23/HUG1027
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
III
LE LIVRE LYRIQUE
— LA DESTINÉE —
V
II
CHANSON D'AUJOURD'HUI
         La vision de la vie, 7
         Larve des vents poursuivie, 7
         Passe et ne m’occupe pas. 7
         La terre est une masure ; 7
5 Qu’importe ce que mesure 7
         L’heure en tournant son compas ! 7
         Que me fait la moisson blonde, 7
         L’étoile sortant de l’onde, 7
         L’aube dorant l’horizon, 7
10 Et le bouquet sur la branche, 7
         Et la nue obscure ou blanche ! 7
         Ce n’est point là ma maison. 7
         Je regarde d’autres choses, 7
         D’autres astres, d’autres roses, 7
15 L’autre figure du sort, 7
         Et ce champ noir que recouvre 7
         L’ombre, où vaguement s’entr’ouvre 7
         La fleur blême de la mort. 7
         Oh ! Pour qui donc fleurit-elle, 7
20 La pâle fleur immortelle ? 7
         Triste, elle s’épanouit ; 7
         Elle exhale, morne et sombre, 7
         On ne sait quel parfum d’ombre 7
         Dans l’inexprimable nuit. 7
25 Au fond des brumes fatales, 7
         Sur ses sinistres pétales 7
         Tremble une étrange lueur ; 7
         La lugubre fleur regarde, 7
         Vertigineuse et hagarde, 7
30 Comme une face en sueur. 7
         À sa lumière où s’éclipse 7
         La terrestre apocalypse, 7
         J’entrevois la vérité ; 7
         Car la vie est le mensonge, 7
35 La chair trompe, et l’œil qui songe 7
         Voit mieux l’âme, l’homme ôté. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie