HUG_23/HUG1029
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
III
LE LIVRE LYRIQUE
— LA DESTINÉE —
VII
CHANSON
         J’aime à me figurer, de longs voiles couvertes, 12
         Des vierges qui s’en vont chantant dans les chemins 12
         Et qui sortent d’un temple avec des palmes vertes 12
         Aux mains ; 2
5 Un rêve qui me plaît dans mes heures moroses, 12
         C’est un groupe d’enfants dansant dans l’ombre en rond, 12
         Joyeux, avec le rire à la bouche et des roses 12
         Au front ! 2
         Un rêve qui m’enchante encore et qui me charme, 12
10 C’est une douce fille à l’âge radieux 12
         Qui, sans savoir pourquoi, songe avec une larme 12
         Aux yeux ; 2
         Une autre vision, belle entre les plus belles, 12
         C’est Jeanne et Marguerite, astres, vous les voyez ! 12
15 Qui, le soir, dans les prés courent avec des ailes 12
         Aux pieds ! 2
         Mais des rêves dont j’ai la pensée occupée, 12
         Celui qui pour mon âme a le plus de douceur, 12
         C’est un tyran qui râle avec un coup d’épée 12
20 Au cœur ! 2
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie