HUG_23/HUG1043
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
III
LE LIVRE LYRIQUE
— LA DESTINÉE —
XX
         J’ai beau comme un imbécile 7
         Regarder dans ma maison, 7
         Si bien qu’on dit dans la ville 7
         Que j’ai perdu la raison, 7
5 J’ai beau chercher ; elle est morte. 7
         Elle ne reviendra pas. 7
         Elle est partie, et la porte 7
         Est encore ouverte, hélas ! 7
         Je tressaille quand on sonne. 7
10 Je l’attends, j’en fais l’aveu. 7
         Où sont ces beaux jours d’automne 7
         Quand elle était là, mon Dieu ! 7
         Cette âme s’en est allée. 7
         Elle a fui, moi demeurant. 7
15 La nuit, à l’ombre étoilée 7
         Je tends les bras en pleurant. 7
         Je m’accoude à ma fenêtre, 7
         Je songe aux jours révolus. 7
         Hélas ! Ce pauvre doux être 7
20 Qui chantait, je ne l’ai plus ! 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie