HUG_23/HUG997
Victor Hugo
LES QUATRE VENTS DE L'ESPRIT
1881
I
LE LIVRE SATIRIQUE
— LE SIÈCLE —
XXIV
ÉCRIT APRÈS LA VISITE D'UN BAGNE
I
         Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. 12
         Quatre vingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne 12
         Ne sont jamais allés à l’école une fois, 12
         Et ne savent pas lire, et signent d’une croix. 12
5 C’est dans cette ombre-là qu’ils ont trouvé le crime. 12
         L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme. 12
         Où rampe la raison, l’honnêteté périt. 12
         Dieu, le premier auteur de tout ce qu’on écrit, 12
         À mis, sur cette terre où les hommes sont ivres, 12
10 Les ailes des esprits dans les pages des livres. 12
         Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut 12
         Planer là-haut où l’âme en liberté se meut. 12
         L’école est sanctuaire autant que la chapelle. 12
         L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle 12
15 Contient sous chaque lettre une vertu ; le cœur 12
         S’éclaire doucement à cette humble lueur. 12
         Donc au petit enfant donnez le petit livre. 12
         Marchez, la lampe en main, pour qu’il puisse vous suivre. 12
         La nuit produit l’erreur et l’erreur l’attentat. 12
20 Faute d’enseignement, on jette dans l’état 12
         Des hommes animaux, têtes inachevées, 12
         Tristes instincts qui vont les prunelles crevées, 12
         Aveugles effrayants, au regard sépulcral, 12
         Qui marchent à tâtons dans le monde moral. 12
25 Allumons les esprits, c’est notre loi première, 12
         Et du suif le plus vil faisons une lumière. 12
         L’intelligence veut être ouverte ici-bas ; 12
         Le germe a droit d’éclore ; et qui ne pense pas 12
         Ne vit pas. Ces voleurs avaient le droit de vivre. 12
30 Songeons-y bien, l’école en or change le cuivre, 12
         Tandis que l’ignorance en plomb transforme l’or. 12
         Je dis que ces voleurs possédaient un trésor, 12
         Leur pensée immortelle, auguste et nécessaire ; 12
         Je dis qu’ils ont le droit, du fond de leur misère, 12
35 De se tourner vers vous, à qui le jour sourit, 12
         Et de vous demander compte de leur esprit ; 12
         Je dis qu’ils étaient l’homme et qu’on en fit la brute ; 12
         Je dis que je nous blâme et que je plains leur chute ; 12
         Je dis que ce sont eux qui sont les dépouillés ; 12
40 Je dis que les forfaits dont ils se sont souillés 12
         Ont pour point de départ ce qui n’est pas leur faute ; 12
         Pouvaient-ils s’éclairer du flambeau qu’on leur ôte ? 12
         Ils sont les malheureux et non les ennemis. 12
         Le premier crime fut sur eux-mêmes commis ; 12
45 On a de la pensée éteint en eux la flamme ; 12
         Et la société leur a volé leur âme. 12
II
         Ô vieux bagne éternel ! Énigme ! Abîme obscur ! 12
         Que d’ombres ont passé sur ce funèbre mur ! 12
         Ici le mal, la nuit, l’ignorance servile ; 12
50 À l’autre extrémité de cette corde vile 12
         Le génie et la foi, l’amour, la vérité, 12
         L’inventeur, le penseur de Dieu même agité, 12
         Le prophète écartant l’erreur impie et fausse, 12
         Saint Jean dans son caveau, Daniel dans la fosse, 12
55 Galilée au cachot, Colomb au cabanon ; 12
         Et, remontant au jour de chaînon en chaînon, 12
         Cette chaîne de deuil, sur la terre jetée, 12
         Qui commence à Poulmann, finit à Prométhée. 12
         À travers six mille ans, et traînant en chemin 12
60 Ses monstrueux anneaux sur tout le genre humain, 12
         Elle part de Toulon et s’attache au Caucase. 12
         L’homme met la lumière et l’ombre au même vase ; 12
         Le bagne, enfer stupide, admet dans son tombeau 12
         Depuis l’homme poignard jusqu’à l’homme flambeau. 12
65 Malheur à qui dit : marche ! Au progrès qui recule, 12
         À qui jette un rayon dans notre crépuscule ! 12
         Que deviendrait l’erreur si le jour triomphait ? 12
         C’est le même attentat et le même forfait, 12
         Le même crime avec la même peine immonde 12
70 Que de tuer un homme ou de trouver un monde. 12
         Lucifer est Satan ; l’aigle est le basilic. 12
         Quiconque allume un phare est l’ennemi public. 12
         Quoi, l’archange enchaîné coudoyant les vampires ! 12
         L’âme au carcan ! Les bons traités comme les pires ! 12
75 Ô morne aveuglement de l’homme et de ses lois ! 12
         L’esprit tremble et frémit devant toutes ces croix 12
         Que portent les voyants, les inspirés, les sages ; 12
         Pour s’enfuir de la vie on cherche des passages, 12
         Ciel juste, quand on songe à ces révélateurs 12
80 Qu’on a saisis, pensifs et venant des hauteurs, 12
         Qu’on a punis du bien ainsi que d’une faute, 12
         Liés avec le crime au poteau côte à côte, 12
         Qu’on a fouettés, martyrs saignants et radieux, 12
         Et qui furent forçats parce qu’ils étaient dieux ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie