HUG_31/HUG2047
Victor Hugo
OCÉAN VERS (complément)
1902
LE MANUSCRIT 24.788
1852-1870
F° 210
146/91. 1858-59. Océan, 58.
Les Écréaux. Écueil.
         Soudain ‒ qu'est-ce que c'est ? Le temps change. Frisson. 12
         Quelque chose d'obscur grandit sur l'horizon, 12
         Les immenses flots noirs font une rumeur d'âmes, 12
         Le vent saute, l'écume éclate au bout des lames, 12
5 Et, brusquement, voilà la mer comme un chaos. 12
         Est-ce que quelqu'un sait le pourquoi des fléaux ? 12
         A de certains instants dont le mystère échappe 12
         Même à ceux que la peine inexorable frappe, 12
         Tout à coup, de la part de l'Inconnu profond, 12
10 La tempête vient voir ce que les hommes font, 12
         Et s'élance, et sitôt que dans le double abîme, 12
         Sur la mer monstrueuse et dans le ciel sublime, 12
         Laissant choir de ses plis le tonnerre vivant, 12
         Ruisselante d'éclairs, toute pleine de vent, 12
15 Long suaire de flamme et d'eau, s'est déployée 12
         La robe de cette âpre et sinistre envoyée, 12
         C'est fini ; tous les fronts se courbent sur l'horreur ; 12
         L'épi frémit, le flot.hurle, le laboureur 12
         Tremble pour sa moisson, le marin pour sa vie ; 12
20 L'air fuit, de l'ouragan la rafale est suivie ; 12
         Et l'ombre croît‒ avec un bruit prodigieux. 12
         Mettez-vous à genoux, priez, fermez les yeux, 12
         Dieu passe.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie