HUG_31/HUG2118
Victor Hugo
OCÉAN VERS (complément)
1902
Le Manuscrit 24 789
1870-1884
F° 171
1875-80.
         Et j'irai le plus loin que je pourrai dans l'ombre 12
         Où sous les cieux sans fin croissent les fleurs sans nombre, 12
         Où l'on sent tout qui germe et rêve et se confond, 12
         Formes, souffles, lueurs, âmes, dans Dieu profond ; 12
5 Et je -verrai quel art le papillon emploie 12
         Pour rester le joyeux passant aérien 12
         Et tout prendre à la fleur et ne lui laisser rien ; 12
         J'étudierai, Virgile aidant, la pastorale 12
         Dans ses rapports avec le code et la morale, 12
10 Pour savoir si l'on peut, quand mai donne le bal, 12
         Troubler Flore et Zéphyr par un procès-verbal, 12
         Fourrer Saturne et Rhée au poste, et si ce dogue 12
         Le gendarme, a le droit d'aboyer dans l'églogue. 12
         Certes, si Margot montre à Mabille sa gorge. 12
15 A Samuel Bernard, banquier au pied fourchu, 12
         Amaryllis n'a pas beaucoup plus de fichu, 12
         Et Glycère n'est pas beaucoup plus habillée 12
         Pour Moschus qui la guette à travers la feuillée ; 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie