HUG_31/HUG2126
Victor Hugo
OCÉAN VERS (complément)
1902
Le Manuscrit 24 789
1870-1884
F° 193
6/121. Vers 1880.
         Empereur, César, Roi, notre maître est superbe. 12
         Il ajoute des morts aux fleurs qui sont dans l'herbe. 12
         Que c'est beau, ton monceau de cadavres. Ô gloire ! 12
         Les rois, quand il leur plaît qu'une plaine soit noire, 12
5 Changent leur pourpre énorme en un vaste linceul. 12
         César est fort, César est grand, César est seul. 12
         Il règne ; et le soleil semble son crépuscule. 12
         Tous les monts redoutés, Caucase, Janicule, 12
         L'Olympe éblouissant, le Sina ténébreux 12
10 Tremblent qu'un jour son pied ne se pose sur eux. 12
         ces mondes
         Dont l'échevèlement d'un astre est l'éclaireur 12
Les Prêtres
         Bénis César vainqueur, Baal, Jésus ; Hercule, 12
         Jupiter, Jéhovah, Moloch, Allah, Mithra ! 12
15 La lune cette nuit, pâle, contemplera 12
         Comme un amas confus d'obscures rêveries 12
         La sombre immensité des bois et des prairies. 12
         Les vautours accourront joyeux de toutes parts, 12
         Et les morts regardant les cieux seront épars. 12
20 Car au noir genre humain il faut un conquérant, 12
         César guide à travers la nuit le monde errant, 12
         Et la terre a besoin du flamboiement des glaives ; 12
         Elle ressemble aux cieux entrevus dans les rêves 12
         Dont l'échevèlement d'un astre est l'éclaireur. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie