HUG_7/HUG604
Victor Hugo
Les Chansons des rues et des bois
1865
LIVRE PREMIER
JEUNESSE
I
FLORÉAL
V
INTERRUPTION
À UNE LECTURE DE PLATON
         Je lisais Platon.J'ouvris 7
         La porte de ma retraite, 7
         Et j'aperçus Lycoris, 7
         C'est-à-dire Turlurette. 7
5 Je n'avais pas dit encor 7
         Un seul mot à cette belle. 7
         Sous un vague plafond d'or 7
         Mes rêves battaient de l'aile. 7
         La belle, en jupon gris-clair, 7
10 Montait l'escalier sonore ; 7
         Ses frais yeux bleus avaient l'air 7
         De revenir de l'aurore. 7
         Elle chantait un couplet 7
         D'une chanson de la rue 7
15 Qui dans sa bouche semblait 7
         Une lumière apparue. 7
         Son front éclipsa Platon. 7
         Ô front céleste et frivole ! 7
         Un ruban sous son menton 7
20 Rattachait son auréole. 7
         Elle avait l'accent qui plaît, 7
         Un foulard pour cachemire, 7
         Dans sa main son pot au lait, 7
         Des flammes dans son sourire. 7
25 Et je lui dis (le Phédon 7
         Donne tant de hardiesse !) : 7
         — Mademoiselle, pardon, 7
         Ne seriez-vous pas déesse ? 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie