HUG_7/HUG620
Victor Hugo
Les Chansons des rues et des bois
1865
LIVRE PREMIER
JEUNESSE
III
POUR JEANNE SEULE
V
         Ami, j'ai quitté vos fêtes. 7
         Mon esprit, à demi-voix, 7
         Hors de tout ce que vous faites, 7
         Est appelé par les bois. 7
5 J'irai, loin des murs de marbre, 7
         Tant que je pourrai marcher, 7
         Fraterniser avec l'arbre, 7
         La fauvette et le rocher. 7
         Je fuirai loin de la ville 7
10 Tant que Dieu clément et doux 7
         Voudra me mettre un peu d'huile 7
         Entre les os des genoux. 7
         Ne va pas croire du reste 7
         Que, bucolique et hautain, 7
15 J'exige, pour être agreste, 7
         Le vieux champ grec ou latin ; 7
         Ne crois pas que ma pensée, 7
         Vierge au soupir étouffé, 7
         Ne sachant où prendre Alcée, 7
20 Se rabatte sur d'Urfé ; 7
         Ne crois pas que je demande 7
         L'Hémus où Virgile erra. 7
         Dans de la terre normande 7
         Mon églogue poussera. 7
25 Pour mon vers, que l'air secoue, 7
         Les pommiers sont suffisants ; 7
         Et mes bergers, je l'avoue, 7
         Ami, sont des paysans. 7
         Mon idylle est ainsi faite ; 7
30 Franche, elle n'a pas besoin 7
         D'avoir dans son miel l'Hymète 7
         Et l'Arcadie en son foin. 7
         Elle chante, et se contente, 7
         Sur l'herbe où je viens m'asseoir, 7
35 De l'haleine haletante 7
         Du bœuf qui rentre le soir. 7
         Elle n'est point misérable 7
         Et ne pense pas déchoir 7
         Parce qu'Alain, sous l'érable, 7
40 Ôte à Toinon son mouchoir. 7
         Elle honore Théocrite ; 7
         Mais ne se fâche pas trop 7
         Que la fleur soit Marguerite 7
         Et que l'oiseau soit Pierrot. 7
45 J'aime les murs pleins de fentes 7
         D'où sortent les liserons, 7
         Et les mouches triomphantes 7
         Qui soufflent dans leurs clairons. 7
         J'aime l'église et ses tombes, 7
50 L'invalide et son bâton ; 7
         J'aime, autant que les colombes 7
         Qui jadis venaient, dit-on, 7
         Conter leurs métempsycoses 7
         À Terpandre dans Lesbos, 7
55 Les petites filles roses 7
         Sortant du prêche en sabots. 7
         J'aime autant Sedaine et Jeanne 7
         Qu'Orphée et Pratérynnis. 7
         Le blé pousse, l'oiseau plane, 7
60 Et les cieux sont infinis. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie