HUG_9/HUG688
Victor Hugo
L'année terrible
1872
OCTOBRE
III
         Sept. Le chiffre du mal. Le nombre où Dieu ramène, 12
         Comme en un vil cachot, toute la faute humaine. 12
         Sept princes. Wurtemberg et Mecklembourg, Nassau, 12
         Saxe, Bade, Bavière et Prusse, affreux réseau. 12
5 Ils dressent dans la nuit leurs tentes sépulcrales. 12
         Les cercles de l'enfer sont là, mornes spirales ; 12
         Haine, hiver, guerre, deuil, peste, famine, ennui. 12
         Paris a les sept nœuds des ténèbres sur lui. 12
         Paris devant son mur a sept chefs comme Thèbe. 12
10 Spectacle inouï ! l'astre assiégé par l'Érèbe. 12
         La nuit donne l'assaut à la lumière. Un cri 12
         Sort de l'astre en détresse, et le néant a ri. 12
         La cécité combat le jour ; la morne envie 12
         Attaque le cratère auguste de la vie, 12
15 Le grand foyer central, l'astre aux astres uni. 12
         Tous les yeux inconnus ouverts dans l'infini 12
         S'étonnent ; qu'est-ce donc ? Quoi ! la clarté se voile ! 12
         Un long frisson d'horreur court d'étoile en étoile. 12
         Sauve ton œuvre, ô Dieu, toi qui d'un souffle émeus 12
20 L'ombre où Léviathan tord ses bras venimeux ! 12
         C'en est fait. La bataille infâme est commencée. 12
         Comme un phare jadis gardait la porte Scée, 12
         Un flamboiement jaillit de l'astre, avertissant 12
         Le ciel que l'enfer monte et que la nuit descend. 12
25 Le gouffre est comme un mur énorme de fumée 12
         Où fourmille on ne sait quelle farouche armée ; 12
         Nuage monstrueux où luisent des airains ; 12
         Et les bruits infernaux et les bruits souterrains 12
         Se mêlent, et, hurlant au fond de la géhenne, 12
30 Les tonnerres ont l'air de bêtes à la chaîne. 12
         Une marée informe où grondent les typhons 12
         Arrive, croît et roule avec des cris profonds, 12
         Et ce chaos s'acharne à tuer cette sphère. 12
         Lui frappe avec la flamme, elle avec la lumière ; 12
35 Et l'abîme a l'éclair et l'astre a le rayon. 12
         L'obscurité, flot, brume, ouragan, tourbillon, 12
         Tombant sur l'astre, encor, toujours, encore, encore, 12
         Cherche à se verser toute en ce puits de l'aurore. 12
         Qui l'emportera ? Crainte, espoir ! Frémissements ! 12
40 La splendide rondeur de l'astre, par moments, 12
         Sous d'affreux gonflements de ténèbres s'efface, 12
         Et, comme vaguement tremble et flotte une face, 12
         De plus en plus sinistre et pâle, il disparaît. 12
         Est-ce que d'une étoile on prononce l'arrêt ? 12
45 Qui donc le peut ? Qui donc a droit d'ôter au monde 12
         Cette lueur sacrée et cette âme profonde ? 12
         L'enfer semble une gueule effroyable qui mord. 12
         Et l'on ne voit plus l'astre. Est-ce donc qu'il est mort ? 12
         Tout à coup un rayon sort par une trouée. 12
50 Une crinière en feu, par les vents secouée, 12
         Apparaît… — Le voilà !
         C'est lui. Vivant, aimant,
         Il condamne la Nuit à l'éblouissement, 12
         Et, soudain reparu dans sa beauté première, 12
         La couvre d'une écume immense de lumière. 12
55 Le chaos est-il donc vaincu ? Non. La noirceur 12
         Redouble, et le reflux du gouffre envahisseur 12
         Revient, et l'on dirait que Dieu se décourage. 12
         De nouveau, dans l'horreur, dans la nuit, dans l'orage, 12
         On cherche l'astre. Où donc est-il ? Quel guet-apens ! 12
60 Et rien ne continue, et tout est en suspens ; 12
         La création sent qu'elle est témoin d'un crime ; 12
         Et l'univers regarde avec stupeur l'abîme 12
         Qui, sans relâche, au fond du firmament vermeil, 12
         Jette un vomissement d'ombre sur le soleil. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie