HUG_9/HUG698
Victor Hugo
L'année terrible
1872
NOVEMBRE
X
À L'ENFANT MALADE PENDANT LE SIÈGE
         Si vous continuez d'être ainsi toute pâle 12
         Dans notre air étouffant, 6
         Si je vous vois entrer dans mon ombre fatale, 12
         Moi vieillard, vous enfant ; 6
5 Si je vois de nos jours se confondre la chaîne, 12
         Moi qui sur mes genoux 6
         Vous contemple, et qui veux la mort pour moi prochaine, 12
         Et lointaine pour vous ; 6
         Si vos mains sont toujours diaphanes et frêles, 12
10 Si, dans votre berceau, 6
         Tremblante, vous avez l'air d'attendre des ailes 12
         Comme un petit oiseau ; 6
         Si vous ne semblez pas prendre sur notre terre 12
         Racine pour longtemps, 6
15 Si vous laissez errer, Jeanne, en notre mystère 12
         Vos doux yeux mécontents ; 6
         Si je ne vous vois pas gaie et rose et très forte, 12
         Si, triste, vous rêvez, 6
         Si vous ne fermez pas derrière vous la porte 12
20 Par où vous arrivez ; 6
         Si je ne vous vois pas comme une belle femme 12
         Marcher, vous bien porter, 6
         Rire, et si vous semblez être une petite âme 12
         Qui ne veut pas rester, 6
25 Je croirai qu'en ce monde où le suaire au lange 12
         Parfois peut confiner, 6
         Vous venez pour partir, et que vous êtes l'ange 12
         Chargé de m'emmener. 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie