HUG_9/HUG731
Victor Hugo
L'année terrible
1872
AVRIL
I
LES PRÉCURSEURS
         Sur l'être et sur la créature, 8
         Dans tous les temps l'homme incliné 8
         A toujours dit à la nature : 8
         O gouffre ! Pourquoi suis-je né ? 8
5 Parfois croyants, parfois athées, 8
         Nous ajoutons aux Prométhées 8
         Les Euclides et les Keplers ; 8
         Nos doutes, nuages funèbres, 8
         Montent au ciel pleins de ténèbres, 8
10 Et redescendent pleins d'éclairs. 8
         O fronts où flambent les idées ! 8
         Au bord du gouffre, au fond des cieux, 8
         Que de figures accoudées ! 8
         Que de regards mystérieux ! 8
15 O les prunelles étoilées 8
         Des Miltons et des Galilées ! 8
         Sombres Dantes au front bruni, 8
         Vos talons sont dignes des astres ! 8
         Vos esprits, ô noirs Zoroastres, 8
20 Sont les chevaux de l'infini. 8
         Oser monter, oser descendre, 8
         Tout est là. Chercher, oser voir ! 8
         Car Jason s'appelle entreprendre 8
         Et Gama s'appelle vouloir. 8
25 Quand le chercheur hésite encore, 8
         L'œil sur la nuit, l'œil sur l'aurore, 8
         Reculant devant le secret 8
         Tremblant devant l'hiéroglyphe, 8
         La volonté, brusque hippogriffe, 8
30 Dans son crépuscule apparaît ! 8
         C'est sur ce coursier formidable, 8
         Quand le Génie humain voulut, 8
         Qu'il aborda l'inabordable, 8
         Seul avec sa torche et son luth. 8
35 Lorsqu'il partit, âme élancée, 8
         L'astre Amour, le soleil Pensée, 8
         Rayonnaient dans l'azur béant 8
         Où la nuit tend ses sombres toiles, 8
         Et Dieu donna ces deux étoiles 8
40 Pour éperons à ce géant. 8
         Les grands cœurs en qui Dieu se crée 8
         Ont, tandis qu'autour d'eux tout fuit, 8
         La curiosité sacrée 8
         Du précipice et de la nuit. 8
45 Toute découverte est un gouffre. 8
         Mourir, qu'importe ! on plonge, on souffre ; 8
         Vivre inutile, c'est trop long. 8
         De l'insensé naît le sublime ; 8
         Et derrière lui dans l'abîme 8
50 Empédocle attire Colomb. 8
         Mers qu'on sonde ! cieux qu'on révèle ! 8
         Chacun de ces chercheurs de Dieu 8
         Prend un infini sur ton aile, 8
         Fulton le vert, Herschell le Bleu ; 8
55 Magellan part, Fourier s'envole ; 8
         La foule ironique et frivole 8
         Ignore ce qu'ils ont rêvé, 8
         Les voit sombrer dans l'étendue, 8
         Et dit : C'est une âme perdue. 8
60 Foule ! c'est un monde trouvé ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie