HUG_9/HUG750
Victor Hugo
L'année terrible
1872
JUIN
VI
À MADAME PAUL MEURICE
         Ce que j'ai fait est bien. J'en suis puni. C'est juste. 12
         Vous qui, dans l'affreux siège et dans l'épreuve auguste, 12
         Fûtes vaillante, calme et charmante, bravant 12
         Cette guerre hideuse et ce noir coup de vent, 12
5 Belle âme que le ciel fit sœur d'une âme haute, 12
         Femme du penseur fier et doux, dont j'étais l'hôte, 12
         Vous qui saviez donner appui, porter secours, 12
         Aider, lutter, souffrir, et sourire toujours, 12
         Vous voyez ce qui m'est arrivé. Peu de chose. 12
10 Vous m'avez vu rentrer dans une apothéose, 12
         Vous me voyez chassé par l'exécration. 12
         En moins d'un an. C'est court. Rome, Athène et Sion 12
         Faisaient ainsi. Paris a les mêmes droits qu'elles. 12
         D'autres villes peut-être ont moins de nerfs. Lesquelles ? 12
15 Il n'en est pas. Prenons le destin comme il est. 12
         Épargner Montaigu, c'est blesser Capulet. 12
         Or Capulet étant le plus fort, en abuse. 12
         Je suis un malfaiteur et je suis une buse. 12
         Soit. On m'insulte, moi qu'hier on acclamait. 12
20 C'est pour me jeter bas qu'on m'a mis au sommet. 12
         Ce genre de triomphe, est-ce pas ? vaut bien l'autre. 12
         J'en atteste, madame, un cœur comme le vôtre, 12
         Et vous tous, dont l'esprit n'est jamais obscurci, 12
         Vieux proscrits, n'est-ce pas que je vous plais ainsi ? 12
25 J'ai défendu le peuple et combattu le prêtre. 12
         N'est-ce pas que l'abîme est beau, qu'il est bon d'être 12
         Maudit avec Barbès, avec Garibaldi, 12
         Et que vous m'aimez mieux lapidé qu'applaudi ? 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie