LAC_1/LAC23
Auguste Lacaussade
Les Salaziennes
1839
XXIII
En réponse à des vers
         Quand le triste Alcyon gémit, 8
         Bercé par la vague dormante, 8
         Sa voix glisse et tombe mourante 8
         Sur le flot calme qui frémit. 8
5 Mais si le pauvre oiseau des mers, 8
         Lorsque son chant plaintif expire, 8
         Entend une voix qui soupire 8
         Au loin répondre à ses concerts ; 8
         Il suit sur le flot bleu qui dort 8
10 La voix qui pleure et le console, 8
         Et pour elle au souffle qui vole 8
         Il abandonne un doux accord. 8
         Attentive à mes premiers chants, 8
         Quand ta généreuse indulgence 8
15 A ma muse dans son enfance 8
         Adresse des conseils touchants ; 8
         Hélas ! pourquoi ne puis-je aussi, 8
         Comme l'Alcyon qui soupire, 8
         Tirer des cordes de ma lyre 8
20 De doux chants qui disent : « Merci ! » 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie