LAC_1/LAC4
Auguste Lacaussade
Les Salaziennes
1839
IV
La Nacelle
         Glissant sous sa voilure blanche, 8
         Comme un cygne qui fend les airs, 8
         Mon esquif léger qui se penche, 8
         Ride l'azur mouvant des mers. 8
5 Sa voile s'élève et s'abaisse 8
         Au souffle naissant des zéphirs 8
         Comme un sein ému qui s'affaisse 8
         Sous de voluptueux soupirs. 8
         Que j'aime à regarder cette onde 8
10 Qui passe auprès de mon bateau, 8
         A voir dans la vague profonde 8
         Mon image courir sur l'eau ! 8
         De l'onde ou du vent qui soupire 8
         Sentant le souffle inspirateur, 8
15 J'écoute alors chanter ma lyre 8
         Qui prélude ainsi sur mon cœur : 8
         « Peut-être une beauté rêveuse 8
         « De son regard doux et pensif, 8
         « Suit dans sa course aventureuse 8
20 « Mon rapide et fragile esquif. 8
         « Peut-être elle croit du rivage 8
         « Découvrir un oiseau des mers, 8
         « Qui mollement se berce et nage 8
         « Sur le roulis des flots amers. 8
25 « Mais cet oiseau, c'est ma nacelle 8
         « A moi, pauvre et jeune orphelin, 8
         « Qui n'ai que l'ombre de son aile 8
         « Pour abriter mon front chagrin. 8
         « Veux-tu beauté douce et pensive, 8
30 « Partager mon léger bateau, 8
         « Et dans ma barque fugitive, 8
         « Avec moi demeurer sur l'eau ! 8
         « Je t'aimerai dans le délire 8
         « De ma jeune et pudique ardeur, 8
35 « Comme aime l'amoureux zéphir 8
         « Le sein parfumé de la fleur. 8
         « Je t'aimerai comme la rive 8
         « Aime le flot, qui sur ses bords 8
         « Murmure d'une voix plaintive 8
40 « De mélancoliques accords. 8
         « Pour toi, d'un amour sans mélanges 8
         « Exhalant les chastes douceurs, 8
         « Je t'aimerai, comme les anges 8
         « Au ciel doivent aimer leurs sœurs. 8
45 « Je prierai la vague calmée, 8
         « De nous bercer plus mollement, 8
         « Quand ton front, ô ma bien-aimée, 8
         « Reposera sur ton amant. 8
         « Je prierai la brise marine, 8
50 « Quand l'ombre succède au soleil, 8
         « D'effleurer ta tête enfantine 8
         « Et de caresser ton sommeil. 8
         « Et lorsque l'astre du mystère 8
         « Sur nous versera ses rayons 8
55 « Dans notre barque solitaire, 8
         « Comme deux jeunes alcyons, 8
         « Nous dormirons en paix sur l'onde ; 8
         « Ou muets d'amour tous les deux, 8
         « Dans notre course vagabonde, 8
60 « Nous rêverons sur les flots bleus. 8
         « Et bercés au branle des lames, 8
         « Comme les anges dans les cieux 8
         « Doucement nous fondrons nos âmes 8
         « Dans nos baisers silencieux. 8
65 « Oh ! viens, beauté douce et rêveuse 8
         « Partager mon léger bateau, 8
         « Viens, dans ma barque aventureuse, 8
         « Avec moi demeurer sur l'eau ! » 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie