LAC_1/LAC8
Auguste Lacaussade
Les Salaziennes
1839
VIII
Amour
         Amour présent du ciel, félicité suprême, 12
         Que ne puis-je exhaler sur la lyre que j'aime, 12
         Dans la chaste douceur des plus tendres accents, 12
         L'ineffable délire où tu ravis mes sens ! 12
5 Mais ma voix est débile, et ma bouche glacée 12
         Ne peut trouver des mots pour peindre ma pensée. 12
         Je le sens, et mes yeux se remplissent de pleurs. 12
         Il faut pour t'exprimer le langage des fleurs, 12
         Le souffle harmonieux de l'amoureux zéphyre, 12
10 Ou les accords plaintifs de l'onde qui soupire. 12
         Amour, qui fus toujours mon rêve et mon bonheur, 12
         Amour, toi qu'en mon âme un ange du Seigneur 12
         A mis, dans sa pitié, pour m'aider sur la terre 12
         A porter mon fardeau d'ennuis et de misère ; 12
15 Adoucis chaque jour ma peine et ma douleur, 12
         Épanche, o fleur du ciel, tes parfums dans mon cœur. 12
         Ta présence ici-bas, c'est la douce rosée 12
         Qui répand la fraîcheur sur la vie épuisée, 12
         Le seul éclair de joie et la goutte de miel 12
20 Qui de nos jours amers adoucissent le fiel. 12
         Jamais le malheureux ne résiste à tes charmes ; 12
         Sous sa morne paupière il sent tarir ses larmes, 12
         Quand, de ta douce main caressant ses douleurs, 12
         Ta lèvre vient baiser ses yeux mouillés de pleurs. 12
25 La gloire, vain écho que notre orgueil adore, 12
         L'ambition plus vaine et plus frivole encore, 12
         Des biens et des honneurs la triste vanité, 12
         Valent-ils un regard de la jeune beauté ; 12
         Quand, semblable à la fleur qui s'entr'ouvre au zéphyre, 12
30 Sa lèvre épanouie exhale son sourire ? 12
         Amour, céleste amour, le seul bonheur c'est toi ! 12
         Sois-donc mon seul désir, règne à jamais sur moi ! 12
         Enivre-moi toujours des baisers de ta bouche, 12
         Que ton sein à mon front serve à jamais de couche, 12
35 Et, captivant mon âme à la molle langueur, 12
         Que mon dernier soupir s'exhale sur ton cœur ! 12
         Aux autres, des trésors la splendide opulence ! 12
         Mais à moi, dont le cœur, s'ouvrant à l'espérance, 12
         Dans un désir plus doux s'est toujours renfermé, 12
40 L'angélique bonheur d'aimer et d'être aimé ! 12
         Du chêne au large faîte, à l'orgueilleux feuillage, 12
         Je ne recherche pas la fraîcheur et l'ombrage ; 12
         Sous l'humble citronnier, sous le jeune arbrisseau, 12
         Sur la rive où serpente un limpide ruisseau, 12
45 Sur les bords gazonnés où la fraîcheur repose, 12
         Oiseau faible et sans nom, c'est là que je me pose 12
         Pour chanter mes amours, belles comme les fleurs, 12
         Douces comme un parfum, pures comme les pleurs, 12
         Qui brillent dans les yeux de la naissante aurore. 12
50 O Dieu ! Dieu trois fois bon, toi que mon âme adore, 12
         Toi qui prêtes l'oreille à nos faibles accents, 12
         Reçois du haut du ciel mes vœux et mon encens ! 12
         Ta bonté paternelle ombrage la nature, 12
         Tu suspends à nos bois leur luxe de verdure, 12
55 Tu donnes à nos champs et de l'ombre et des eaux, 12
         De la mousse et des nids aux petits des oiseaux, 12
         Aux gazons altérés des gouttes de rosée, 12
         La fraîcheur de la nuit à la terre embrasée, 12
         Au matin jeune et frais de brillantes couleurs, 12
60 Des larmes aux remords et des parfums aux fleurs ; 12
         Tu donnes au printemps de suaves corbeilles, 12
         Des ailes à la brise et du miel aux abeilles ; 12
         A mon cœur donne aussi son beau songe d'amour 12
         Ce doux et vague objet qu'il rêve nuit et jour ! 12
65 Ah ! j'ai besoin d'aimer ! mon âme aimante et tendre, 12
         Dans une autre soi-même aspire à se répandre ! 12
         Toi qui vois mes secrets et qui lis dans mes vœux, 12
         Toi qui connais, mon Dieu, l'épouse que je veux, 12
         A mon cœur donne enfin son rêve poétique, 12
70 Cette idéalité d'une grâce pudique, 12
         Cet être plus aimé, plus tendre qu'une sœur, 12
         Cet ange de beauté, d'amour et de douceur. 12
         Oui, souris, ô Dieu bon ! à ma jeune espérance, 12
         Et ma voix bénira mon heureuse existence ; 12
75 Et jusqu'à son déclin j'en charmerai le cours, 12
         En vivant pour aimer et chanter mes amours ! 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie