LAF_1/LAF13
Jules Laforgue
L'IMITATION DE NOTRE-DAME LA LUNE
1886
PIERROTS III
(scène courte, mais typique.)
         Il me faut, vos yeux ! Dès que je perds leur étoile, 12
         Le mal des calmes plats s'engouffre dans ma voile, 12
         Le frisson du vae soli ! gargouille en mes moelles… 12
         Vous auriez dû me voir après cette querelle ! 12
5 J'errais dans l'agitation la plus cruelle, 12
         Criant aux murs : mon dieu ! Mon dieu ! Que dira-t-elle ? 12
         Mais aussi, vrai, vous me blessâtes aux antennes 12
         De l'âme, avec les mensonges de votre traîne. 12
         Et votre tas de complications mondaines. 12
10 Je voyais que vos yeux me lançaient sur des pistes, 12
         je songeais : oui, divins, ces yeux ! Mais rien n'existe 12
         Derrière ! Son âme est affaire d'oculiste. 12
         Moi, je suis laminé d'esthétiques loyales ! 12
         Je hais les trémolos, les phrases nationales ; 13
15 Bref, le violet gros deuil est ma couleur locale. 13
         Je ne suis point " ce gaillard-là ! " ni le superbe ! 12
         Mais mon âme, qu'un cri un peu cru exacerbe, 12
         Est au fond distinguée et franche comme une herbe. 12
         J'ai des nerfs encor sensibles au son des cloches, 12
20 Et je vais en plein air sans peur et sans reproche, 12
         Sans jamais me sourire en un miroir de poche. 12
         C'est vrai, j'ai bien roulé ! J'ai râlé dans des gîtes 12
         Peu vous ; mais, n'en ai-je pas plus de mérite 11
         À en avoir sauvé la foi en vos yeux ? Dites… 12
25 — Allons, faisons la paix, venez, que je vous berce, 12
         Enfant. Eh bien ?
         — C'est que, votre pardon me verse
         Un mélange (confus) d'impressions… diverses… 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie