LAF_2/LAF47
Jules Laforgue
Les Complaintes
1885
COMPLAINTE DES VOIX
SOUS LE FIGUIER BOUDDHIQUE
────
LES COMMUNIANTES
         Ah ! Ah ! 2
         Il neige des hosties 6
         De soie, anéanties ! 6
         Ah ! Ah ! 2
5 Alléluia ! 4
LES VOLUPTANTES
         La lune en son haloravagé n'est qu'un œil 6+6
         Mangé de mouches, toutrayonnant des grands deuils, 6+6
">
         Vitraux mûrs, déshérités, flagellés d'aurore,12
         Les Yeux Promis sont plusdans les grands deuils encore. 6+6
LES PARANYMPHES
10 Les concetti du crépuscule 8
         Frisaient les bouquets de nos seins ; 8
         Son haleine encore y circule, 8
         Et, leur félinant le satin, 8
         Fait s'y pâmer deux renoncules. 8
15 Devant ce Mtre Hypnotiseur ; 8
         Expirent leurs frou-frou poseurs ; 8
         Elles crispent leurs étamines, 8
         Et se rinfiltrent leurs parfums 8
         Avec des mines 4
20 D'œillets défunts. 4
LES JEUNES GENS
         Des rêves engrappésse roulaient aux collines, 6+6
         Feuilles mortes portantdu sang des mousselines, 6+6
         Cumulus, indolentsroulis, qu'un vent tremblé 6+6
         Vint carder un beau soirde soifs de s'en aller ! 6+6
LES COMMUNIANTES
25 Ah ! Ah ! 2
         Il neige des cœurs 5
         Noués de faveurs, 5
         Ah ! Ah ! 2
         Alléluia ! 4
LES VOLUPTANTES
30 Reviens, vagir parmimes cheveux, mes cheveux 6+6
         Tièdes, je t'y feraides bracelets d'aveux ! 6+6
         Entends partoutles Encensoirsles plus célestes, 4+4+4
         L'Univers te garde une noteunique ! Reste 8+4
LES PARANYMPHES
         C'est le nid meublé 5
35 Par l'homme idolâtre ; 5
         Les vents déclassés 5
         Des mois près de l'âtre ; 5
         Rien de passager, 5
         Presque pas de scènes ; 5
40 La vie est si saine, 5
         Quand on sait s'arranger. 6
         Ô fiancé probe, 5
         Commandons ma robe ! 5
         Hélas ! Le bonheur estlà, mais lui se dérobe 6+6
LES JEUNES GENS
45 Bestiole à chignon,Nécessaire divin, 6+6
         Os de chatte, corps delierre, chef-d'œuvre vain ! 6−6
         Ô femme, mammifèreà chignon, ô fétiche, 6+6
         On t'absout ; c'est un Dieuqui par tes yeux nous triche, 6+6
         Beau commis voyageur,d'une Maison là-haut, 6+6
50 Tes yeux mentent ! Ils nenous diront pas le Mot ! 6−6
         Et tes pudeurs ne sontque des passes réflexes 6+6
         Dont joue un Dieu très fort(Ministère des sexes). 6+6
">
         Tu peux donc nous menerau Mirage béant, 6+6
         Feu-follet connu, vertugadin du Néant ;12
55 Mais, fausse sœur,fausse humaine, fausse mortelle, 4+8
         Nous t'écartèleronsde honte sensuelles ! 6+6
         Et si ta dignitése cabre ? À deux genoux, 6+6
         Nous te fermerons labouche avec des bijoux. 6−6
         ‒ Vie ou Néant ! Choisir.Ah ! Quelle discipline ! 6+6
60 Que n'est-il un Édenentre ces deux usines ? 6+6
         Bon ; que tes doigts sentimentals 8
         Aient pour nos fronts au teint d'épave 8
         Des condoléances qui lavent 8
         Et des trouvailles d'animal. 8
65 Et qu'à jamais ainsi tu ailles, 8
         Le long des étouffants dortoirs, 8
         Égrenant les bonnes semailles, 8
         En inclinant ta chaste taille 8
         Sur les sujets de tes devoirs. 8
70 Ah ! Pour une âme trop tanguée, 8
         Tes baisers sont des potions 8
         Qui la laissent là, bien droguée, 8
         Et s'oubliant à te voir gaie, 8
         Accomplissant tes fonctions 8
75 En point narquoise Déléguée. 8
LES COMMUNIANTES
         Des ramiers 3
         Familiers 3
         Sous nos jupes palpitent ! 6
         Doux Çakya, venez vite 6
80 Les faire prisonniers ! 6
LE FIGUIER">
         Défaillantes, les Étoiles, que la lumière12
         Épuise, battent plusfaiblement des paupières. 6+6
         Le ver-luisant s'éteintà bout, l'Être pâmé 6+6
         Agonise à tâtonset se meurt à jamais. 6+6
85 Et l'Idéal égrèneen ses mains fugitives 6+6
         L'éternel chapeletdes planètes plaintives. 6+6
         Pauvres fous, vraiment pauvres fous ! 8
         Puis, quand on a fait la crapule, 8
         On revient geindre au crépuscule, 8
90 Roulant son front dans les genoux 8
         Des Saintes Bouddhiques Nounous. 8
mètre profils métriques : 3, 4, 8, 6, 5, 6÷6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie