LAF_2/LAF54
Jules Laforgue
Les Complaintes
1885
COMPLAINTE DU FŒTUS DE POÈTE
────
         Blasé, dis-je ! En avant, 6
         Déchirer la nuit gluante des racines, 11
         À travers maman, amour tout d'albumine, 11
         Vers le plus clair ! vers l'alme et riche étamine 11
5 D'un soleil levant ! 5
         ‒ Chacun son tour, il est temps que je m'émancipe, 12
         Irradiant des Limbes mon inédit type ! 12
         En avant ! 3
         Sauvé des steppes du mucus, à la nage 11
10 Têter soleil ! Et soûl de lait d'or, bavant, 11
         Dodo à les seins dorloteurs des nuages, 11
         Voyageurs savants ! 5
         ‒ À rêve que veux-tu, là-bas, je vivrai dupe 12
         D'une âme en coup de vent dans la fraîcheur des jupes ! 12
15 En avant ! 3
         Dodo sur le lait caillé des bons nuages 11
         Dans la main de Dieu, bleue, aux mille yeux vivants 11
         Au pays du vin viril faire naufrage ! 11
         Courage, 2
20 Là, là, je me dégage… 6
         ‒ Et je communierai, le front vers l'Orient, 12
         Sous les espèces des baisers inconscients ! 12
         En avant ! 3
         Cogne, glas des nuits ! Filtre, soleil solide ! 11
25 Adieu, forêts d'aquarium qui, me couvant, 12
         Avez mis ce levain dans ma chrysalide ! 11
         Mais j'ai froid ! An avant ! 6
         Ah ! Maman… 3
         Vous, Madame, allaitez le plus longtemps possible 12
30 Et du plus Seul de vous ce pauvre enfant-terrible. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie