LOU_1/LOU1
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
PREMIERS VERS
         Ô toi que je n’ai jamais vue, 8
         Qui jamais ne m’es apparue 8
         Et qui m’es pourtant bien connue, 8
         Ô toi ! 2
5 Fillette à la lèvre ingénue, 8
         Ma maîtresse tant attendue, 8
         Qu’en mes rêves je presse nue 8
         Sur moi ! 2
         Ô mon amour ! ô ma chérie ! 8
10 Toi qui dois être si jolie, 8
         Ô toi que j’aime à la folie, 8
         Enfant ! 2
         Bien que ton joli corps n’existe 8
         Que dans l’imagination triste 8
15 D’un pauvre fou au cœur d’artiste 8
         Naissant ! 2
         Pourquoi ne viens-tu pas vers moi ? 8
         Moi qui ne puis vivre sans toi, 8
         Tu me laisses tout seul… Pourquoi ? 8
20 Cruelle ! 2
         Hélas ! je ne puis voir ses yeux, 8
         Je ne puis sentir ses cheveux, 8
         Je ne serai jamais heureux 8
         Sans elle ! 2
25 Si tu savais ! Pendant la nuit, 8
         Lorsque, tout seul dans mon grand lit, 8
         Dans le silence et loin du bruit 8
         Je rêve, 2
         Dans mes désirs inapaisés 8
30 Je sens sur moi tous tes baisers 8
         Sur ma joue ardente posés 8
         Sans trêve. 2
         Si tu savais cela, bien vite 8
         Quittant la maison qui t’abrite, 8
35 Tu viendrais vers moi qui t’invite, 8
         Hélas ! 2
         Oh ! tu viendrais, dis, ma petite, 8
         Sans plus que je te sollicite, 8
         Par ma passion déjà séduite, 8
40 Tout bas. 2
         Tu viendrais toute radieuse, 8
         Ployant ta taille gracieuse, 8
         Ô toi, si vive et si joyeuse, 8
         M’aimant, 2
45 Tu m’apparaîtrais merveilleuse 8
         Dans ta beauté voluptueuse, 8
         Entr’ouvrant ta lèvre amoureuse 8
         Gaîment… 2
         Mais peut-être ta destinée 8
50 Comme la mienne est attristée ; 8
         Et, sous une grille enfermée, 8
         Tu dois 2
         Dans ton couvent emprisonnée, 8
         Quand tu rêves, au lit couchée, 8
55 Te sentir toute enamourée 8
         Parfois. 2
         Être jeune, et vivre en prisons ! 8
         Oh ! quand les désirs polissons 8
         Font naître en toi de longs frissons 8
60 De fièvres… 2
         Corbleu ! quelles démangeaisons 8
         De planter la devoirs, leçons, 8
         Pour poser sur les beaux garçons 8
         Tes lèvres ! 2
65 Ah ! brise donc ton chapelet ! 8
         Viens avec moi dans la forêt… 8
         Laisse-moi couper ton lacet… 8
         Éclate 2
         De rire, si cela te plaît. 8
70 Laisse-moi froisser ton corset 8
         Et chiffonner dans son filet 8
         Ta natte. 2
         Ah ! jouissons de notre jeunesse ! 8
         Dénoue au vent ta folle tresse… 8
75 Embrassons-nous, ô ma maîtresse, 8
         Veux-tu ? 2
         Laisse-moi te toucher sans cesse ! 8
         Oh ! permets que je te caresse 8
         Et que sur mon sein je te presse 8
80 À nu. 2
         Oh ! pardon ! Que viens-je de dire ? 8
         Oh ! mon Dieu ! j’étais en délire. 8
         Quoi ! tu t’en vas, tu te retires ? 8
         Oh ! non ! 2
85 Tu resteras, dis !… Ton sourire, 8
         Je le verrai toujours luire. 8
         Oh ! tu ne vas pas me maudire ?… 8
         Pardon ! 2
         Soyons chastes et reste pure. 8
90 Que sur ton sein blanc ta guipure 8
         Monte très haut sans échancrure ! 8
         Permets 2
         Que je baise sur ta figure 8
         Tes yeux noirs que le ciel azure, 8
95 Que je sente ta chevelure 8
         De jais ! 2
         Mais restons-en là, ma chérie ! 8
         Que toujours ta peau si jolie, 8
         Que ta gorge rose et polie 8
100 D’enfant, 2
         Sous ta chemise ensevelie, 8
         Cache aux yeux sa forme arrondie, 8
         Dans ton chaste corset blottie 8
         Gaîment. 2
105 Nous allons tant nous adorer ! 8
         Je ne ferai que t’admirer 8
         Et, te regardant, murmurer : 8
         « Je t’aime ! » 2
         Sans jamais, jamais nous quitter, 8
110 Nous allons tant nous embrasser 8
         Que tu finiras par m’aimer 8
         Toi-même ! 2
         Et je verrai tes deux grands yeux, 8
         Je passerai mes doigts nerveux 8
115 Dans la forêt de tes cheveux 8
         Sans trêve ; 2
         Et, restant ainsi tous les deux, 8
         Toujours contents, toujours joyeux… 8
         — Mais tout cela n’est, malheureux ! 8
120 Qu’un rêve !… 2
         Ah ! pourquoi pensé-je, insensé ! 8
         Dans mon esprit trop passionné, 8
         À ce que jamais je n’aurai 8
         Sans doute, 2
125 Puisqu’il me faut, emprisonné 8
         Dans un collège détesté, 8
         Suivre, sans bonheur ni gaîté, 8
         Ma route. 2
         Puisque moi, dont toute l’envie 8
130 Est une enfant jeune et jolie 8
         Avec qui je verrais la vie 8
         En beau 2
         On m’enterre, on me momifie 8
         Dans cette école où je m’ennuie… 8
135 Ah ! je te hais, pédagogie, 8
         Tombeau ! 2
         Oh ! mon Dieu ! c’est là la jeunesse, 8
         L’âge où déborde l’allégresse, 8
         Où tout plaisir est une ivresse ! 8
140 Et moi, 2
         Ma chair est vierge de caresse ; 8
         À seize ans, pas une maîtresse 8
         Ne m’a juré, dans sa tendresse, 8
         Sa foi ! 2
145 Mon amour dompté me déchire… 8
         La femme épandant son sourire 8
         Vers le fruit défendu m’attire… 8
         Le jour 2
         Vient où finira mon martyre ; 8
150 Et, malgré ce qu’on pourra dire, 8
         Je connaîtrai, dans mon délire, 8
         L’amour ! 2
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie