LOU_1/LOU102
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
POÉSIES DIVERSES
À CLAUDE DEBUSSY
         Ô Claude-Achille Debussy, 8
         En quel endroit de notre sphère 8
         Criez-vous : Vive la Russy ! 8
         Comme tout bon Français doit faire ? 8
5 La rue au nom de Cardinet 8
         A-t-elle perdu votre boule, 8
         Rue où jadis Louÿs dînait 8
         Avant que d’être à la Bourboule ? 8
         Fîtes-vous un autodafé 8
10 De cent doubles croches en flamme ? 8
         Allez-vous de bouge en café, 8
         L’œil vitreux et le vague à l’âme ? 8
         Gémissez-vous : « J’ai quatre et as ! » 8
         Craignant qu’un double ne descende ? 8
15 Instrumentez-vous Pelléas 8
         Sous les flûtes de Mélisande ? 8
         Inventez-vous je ne sais quel 8
         Braiment qui fait peur à la bonne 8
         Pour hurler tout à coup : Arkël ! 8
20 Sur deux-septièmes de trombone ? 8
         Ou, lorsque votre esprit subtil 8
         Change de route et se relaye, 8
         Parfois un désir vous prend-il 8
         De rouvrir la pauvre Saulaie ?… 8
25 Bougre d’animal, je ne sais ! 8
         Car la vie est pour toi si rose 8
         Que tes doigts ne sont point pressés 8
         De m’écrire une lettre en prose. 8
         Enterrant d’injustes guignons 8
30 Au sein de la belle nature, 8
         Tu fais aux pays bourguignons 8
         La verte villégiature. 8
         Chaque jour, tu viens prier Dieu 8
         Sur le carrefour que l’on nomme 8
35 La place Dieu, ou Boïeldieu, 8
         Comme dit Tribulat Bonhomme. 8
         Tu mets un métacarpe entier 8
         Dans le sac de tonnante gloire 8
         Que saint Gustave Charpentier 8
40 Fait sonner jusqu’en Saône-et-Loire. 8
         Et bientôt on ne pourra plus 8
         Dire de toi ce qu’on en pense, 8
         Sans imiter des gens velus 8
         Qui portent chaîne sur la panse. 8
45 Eh bien ! si le tas de ton or 8
         Vaut l’opulence de ma rime, 8
         Si ton soprane et ton ténor 8
         Ne roucoulent pas pour la frime, 8
         Si tu portes au second doigt 8
50 Un rubis gros comme cétoine, 8
         Je donnerai ce que l’on doit 8
         Au bon Monseigneur saint Antoine ; 8
         Car je lui ai promis cent sous 8
         Pour envoyer, d’une main sage, 8
55 Dans le vingt-sixième dessous 8
         Tous ceux qui gênent ton passage ! 8
LE LÂCHE ANONYME.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie