LOU_1/LOU103
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
POÉSIES DIVERSES
BALLADE
À la Louange de mon Amant.
         Fichu besoin de voyager ! 8
         Fi ! je m’en crache dans la paume. 8
         Avait-il besoin de changer ! 8
         Et depuis lors ma beauté chôme ! 8
5 C’est en vain que mon corps embaume 8
         Et que pointe mon sein charmant. 8
         C’est à le tromper pour un gnôme ! 8
         Mais rien ne vaudrait mon amant. 8
         Je veux bien que du ciel d’Alger 8
10 Il puisse préférer le dôme 8
         Au ciel d’ici. Mais que léger 8
         Est tout de même ce jeune homme ! 8
         Il doit coucher avec la môme 8
         Zorah, de ces lieux l’ornement. 8
15 Il me compte comme un atome. 8
         Mais rien ne vaudrait mon amant. 8
         Ah ! d’ennui c’est à se plonger, 8
         Afin de rimer, dans la Drôme ! 8
         Mais de vrai, pour se submerger, 8
20 De la Seine aimez-vous l’arôme ? 8
         Si quelqu’un m’apportait un baume 8
         Pour guérir mon cruel tourment, 8
         Je le… hum !… même eût-il un heaume ! 8
         Mais rien ne vaudrait mon amant. 8
ENVOI
25 Prince, vous m’offrez vainement 8
         Les trésors de votre royaume : 8
         Certe, un palais vaut mieux qu’un chaume ; 8
         Mais rien ne vaudrait mon amant*. 8
Cette Ballade fut envoyée à Pierre Louÿs voyageant
en Algérie par une maîtresse inconnue. Le poète y
répondit par les strophes qui suivent.
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie