LOU_1/LOU107
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
POÉSIES DIVERSES
LA TORCHE À TRAVERS LA NUIT
Allegro δ = 120.
         Le soir vibre encor vermeil, 7
         Sistre et cor sur le méteil, 7
         Lyre et prisme d’où s’effiltrent tous les sylphes du soleil. 15
         Ténèbres ! qui vous conduit ? 7
5 D’où fond l’aigle, s’il s’enfuit ? 7
         Salamandre, quel feu tremble sur le temple de la nuit ? 15
         Astre d’ombre. Cœur du ciel ! 7
         D’où monte un masque immortel 7
         Qui se lustre, qui se musque pour les cultes sans autel ? 15
10 Simple sylphe clair, dis-nous : 7
         L’art de vivre est-il si doux ? 7
         Le pas souple de la course rouvre et courbe leurs genoux. 15
         Vois les formes s’esquivant, 7
         L’eau morte où fuit l’air vivant, 7
15 Et la torche de la viorne que veut tordre et tord le vent ; 15
         Tous s’éteindre, s’échapper, 7
         Le bouc poindre de l’alpe, — et 7
         Par la verve de la chèvre l’anapeste galoper. 15
         Entends frémir le bouleau, 7
20 Quelques myrtes, l’if solo, 7
         Le tumulte des lambrusques sous le buste d’Apollo, 15
         Rythme juste de Chopin, 7
         Tel nocturne sous tel pin 7
         Rend perplexe le faon preste, l’œil faunesque du lapin. 15
25 Satyrisque aux verts naseaux, 7
         La piste suit les roseaux : 7
         Cours la berge, traque et cherche la caverne, les oiseaux ! 15
         Découvre, toujours coulant, 7
         La source en pleurs sur le flanc, 7
30 Vasque, valve de ces palmes, les larmes du marbre blanc. 15
         Et de l’antre monte au dieu, 7
         Pluie ou pampre, vol de feu, 7
         Cataracte où la bourrasque frôle et capte l’Oiseau Bleu, 15
         Jusqu’à l’urne où tour à tour 7
35 Séjournent Laure et l’Amour, 7
         Tour des souffles purs qui tournent et s’empourprent sur le jour 15
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie