LOU_1/LOU27
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
PREMIERS VERS
DANS LA FORÊT DE GASTINE
Forêt, haute maison des oiseaux
bocagers.
P. DE R.
         Sur les herbis et sur les graviers 9
         Un ruisseau flue entre deux sentiers 9
         Où tu passas peut-être ; 6
         Pieusement, sans bruit, j’y pénètre 9
5 Cherchant la trace encor de tes pieds. 9
         Jà trois cents ans elle est effacée ; 9
         Mais la futaie au vent balancée 9
         Garde ton souvenir, 6
         Maître ! et je sens aller et venir 9
10 Parmi l’air ta divine pensée. 9
         Le vert Léthé tu laisses parfois 9
         Et viens chercher aux lieux d’autrefois 9
         L’ombre dodonéenne, 6
         À l’heure vague où la nuit ramène 9
15 L’horreur sacrée et la paix des bois. 9
         Loin des rougeurs où le jour expire, 9
         Tu viens ici pendre encor ta lyre 9
         Aux branches de bois noir, 6
         Pour écouter aux souffles du soir 9
20 Les frondaisons des cimes bruire. 9
         Tu viens dormir sous les troncs serrés 9
         Dans la fraîcheur montant des fourrés, 9
         Dans la blanche bruine ; 6
         Et la forêt, ta « saincte Gastine », 9
25 Étend sur toi ses rameaux sacrés. 9
         Car tu descends des bois Élysées, 9
         Et, dédaignant les coupes versées 9
         Et les libations, 6
         Elle répand du haut des buissons 9
30 Tous ses parfums, toutes ses rosées. 9
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie