LOU_1/LOU46
Pierre Louÿs
ŒUVRES COMPLÈTES
TOME XIII
POÉSIES
1888-1920
ASTARTÉ
LE CRÉPUSCULE DE L’EAU
À Albert Motel.
         Les fleurs s’en sont allées au fil de l’eau le long des rives 14
         Les fleurs ? L’eau merveilleuse où le soir qui meurt se mordore 14
         Les pétales de crépuscule tournent et chavirent 14
         Au fil du fleuve qu’un frisson bleu de brise déflore 14
5 Et si loin par la plaine et la plaine se suivirent 13
         Qu’aux derniers champs du monde où naît rouge l’aurore 12
         Les fleurs s’en sont allées au fil de l’eau le long des rives 14
         Les fleurs ? celles de chair et de lin frêle encorollées 14
         Que berce le roulis des lentes barques évasives 14
10 Et tristement, avec des nonchalances désolées, 14
         Peuplent d’un vol le miroir des rivières massives 13
         Des rivières entre les pins, longues allées. 12
         Les fleurs sur l’eau qui gyre au fil des fleuves en allées 14
         Ô le silence noir des eaux ! l’effroi sous les ramures 14
15 Frisson glacé de rivière frileuse dévêtue… 14
         Et dans la haute nuit du parc où sont morts les murmures 14
         Dans la brume où s’érige une pâleur de statue, 13
         La tristesse et la nudité des eaux nocturnes. 12
         Les fleurs sur l’eau qui gyre au fil des fleuves en allées… 14
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie