MAC_1/MAC19
Maurice Mac-Nab
Poèmes Mobiles
1886
SIMPLES CHANSONS
LA MORT DU POÈTE
A Eugène Mesplès.
         C'était un homme long, déhanché, sec et blême, 12
         Vêtu d'un habit vieux autant que l'univers : 12
         Sa vie était un mythe et sa bourse un problème 12
         Chacun le croyait fou, car il chantait des vers ! 12
5 Or cet homme, songeant à des jours plus prospères, 12
         S'en allait à pas lents sur le pont des Saint-Pères : 12
         (Ce pont que fait trembler le poids des omnibus 12
         Ainsi qu'un régiment sous le choc des obus !…) 12
         Il regardait la Seine, infâme pourvoyeuse 12
10 De la mort ! cette Seine à la chanson joyeuse, 12
         Plus perfide que les sirènes de jadis, 12
         Dont le murmure lent n'est qu'un De profundis ! 12
         Je ne connaissais pas ce malheureux bohème. 12
         Et, pourtant, j'ai pleuré, quand j'ai su le soir même 12
15 Qu'on avait retrouvé son cadavre à Puteaux. 12
         « Homo sum, et nihil humani a me alienum puto ! » 16
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie