MAL_1/MAL23
Stéphane Mallarmé
POÉSIES
(édition DEMAN)
1887
PROSE
(Pour des Esseintes)
         Hyperbole ! de ma mémoire 8
         Triomphalement ne sais-tu 8
         Te lever, aujourd'hui grimoire 8
         Dans un livre de fer vêtu : 8
5 Car j'installe, par la science, 8
         L'hymne des cœurs spirituels 8
         En l'œuvre de ma patience, 8
         Atlas, herbiers et rituels. 8
         Nous promenions notre visage 8
10 (Nous fûmes deux, je le maintiens) 8
         Sur maints charmes de paysage, 8
         Ô sœur, y comparant les tiens. 8
         L'ère d'autorité se trouble 8
         Lorsque, sans nul motif, on dit 8
15 De ce midi que notre double 8
         Inconscience approfondit 8
         Que, sol des cent iris, son site 8
         Il savent s'il a bien été, 8
         Ne porte pas de nom que cite 8
20 L'or de la trompette d'Été. 8
         Oui, dans une île que l'air charge 8
         De vue et non de visions 8
         Toute fleur s'étalait plus large 8
         Sans que nous en devisions. 8
25 Telles, immenses, que chacune 8
         Ordinairement se para 8
         D'un lucide contour, lacune, 8
         Qui des jardins la sépara. 8
         Gloire du long désir, Idées 8
30 Tout en moi s'exaltait de voir 8
         La famille des iridées 8
         Surgir à ce nouveau devoir. 8
         Mais cette sœur sensée et tendre 8
         Ne porta son regard plus loin 8
35 Que sourire, et comme à l'entendre 8
         J'occupe mon antique soin. 8
         Oh ! sache l'Esprit de litige, 8
         À cette heure où nous nous taisons, 8
         Que de lis multiples la tige 8
40 Grandissait trop pour nos raisons 8
         Et non comme pleure la rive 8
         Quand son jeu monotone ment 8
         À vouloir que l'ampleur arrive 8
         Parmi mon jeune étonnement 8
45 D'ouïr tout le ciel et la carte 8
         Sans fin attestés sur mes pas 8
         Par le flot même qui s'écarte, 8
         Que ce pays n'exista pas. 8
         L'enfant abdique son extase 8
50 Et docte déjà par chemins 8
         Elle dit le mot : Anastase ! 8
         Né pour d'éternels parchemins, 8
         Avant qu'un sépulcre ne rie 8
         Sous aucun climat, son aïeul, 8
55 De porter ce nom : Pulchérie ! 8
         Caché par le trop grand glaïeul. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie