MOR_2/MOR62
Jean Moréas
Les Cantilènes
1886
HISTOIRES MERVEILLEUSES
LA VIEILLE FEMME DE BERKELEY
         Elle entendit geindre un corbeau pelé, 5+5 a
         La vieille femme de Berkeley. 4−5 a
         Elle l'entendit geindre sur sa tête, 5+5 a
         Dans le val de Nith, pendant la tempête. 5+5 a
5 Et la vieille dit : " je vais mourir, 5+4 a
         Le moine mon fils, qu'on l'aille quérir ; 5+5 a
         Qu'on aille quérir ma fille la nonne. 5+5 a
         Je vais mourir, et Dieu me pardonne ! " 4+5 a
         Son fils et sa fille nuitamment 5+4 a
10 Vinrent, amenant le saint sacrement. 5+5 a
         La vieille tressaillit lorsqu'ils entrèrent, 10 a
         Et ses yeux révulsés se dilatèrent. 10 a
         La vieille crispa ses doigts maigris, 5+4 a
         La vieille hurla d'effroyables cris : 5+5 a
15 " ah ! Miséricorde ! éloignez vite 5+4 a
         Le saint sacrement, car je suis maudite. 5+5 a
         J'ai mangé sans dégoût et sans remords, 10 a
         Pendant le sabbat, de la chair de morts. 5+5 a
         J'ai su le secret des philtres infâmes, 5+5 a
20 Et l'herbe qui fait avorter les femmes. 5+5 a
         Pour raviver mes poumons gangrenés 5−5 a
         J'ai humé l'haleine des nouveau-nés. 5−5 a
         Bientôt de l'enfer je serai la cible, 5+5 a
         Et mon crime, hélas ! Est irrémissible ! 5+5 a
25 Aspergez mon linceul d'eau sainte, et puis 10 a
         Placez sur mon sein des branches de buis. 5+5 a
         Que dans l'église une forte chaîne 4+5 a
         Attache au pavé mon cercueil de chêne. 5+5 a
         Que des cierges bénits en quantité 10 a
30 Baignent mon cercueil de leur clarté. 5+4 a
         Que des prêtres récitent des prières, 10 a
         Pendant trois jours, pendant trois nuits entières. 10 a
         Que les gros bourdons aux lourds battants, 5+4 a
         Que les bourdons sonnent fort et longtemps. 5−5 a
35 Ma fille, mon fils, faites de la sorte, 5+5 a
         Pour préserver des démons la morte. " 4+5 a
         La vieille femme se tut soudain, 4−5 a
         Et son regard devint incertain. 4+5 a
         Le sang se figea sous sa peau glacée. 5+5 a
40 La vieille femme était trépassée. 4+5 a
         On l'aspergea d'eau bénite, et puis 4+5 a
         On mit sur son sein des branches de buis. 5+5 a
         Au milieu de l'église une chaîne 4−5 a
         Solide fixa son cercueil de chêne. 5+5 a
45 De grands cierges blancs en quantité 5+4 a
         Lui firent un nimbe de clarté. 5+4 a
         Tout autour des prêtres récitèrent 5+4 a
         La messe, et cinquante chantres chantèrent. 5−5 a
         Et les gros bourdons aux lourds battants, 5+4 a
50 Les bourdons sonnèrent fort et longtemps. 5−5 a
         La première nuit, la clarté des cierges 5+5 a
         Fut pure ainsi que des regards de vierges. 5+5 a
         Mais l'on entendit la voix des démons 5+5 a
         Pareille au vent d'ouest balayant les monts. 5+5 a
55 Les prêtres récitaient la messe sainte, 10 a
         Et leur zèle était mêlé de crainte. 5+4 a
         Et plus fort toujours les battants battaient, 5+5 a
         Et plus haut toujours les chantres chantaient. 5+5 a
         Devant le cercueil le moine marmonne 5+5 a
60 Son rosaire, avec sa sœur la nonne. 5+4 a
         Et le coq chanta dans le matin clair, 5+5 a
         Et les démons s'enfuirent dans l'air. 4+5 a
         La seconde nuit, un éclat sinistre 5+5 a
         Vêtit les pécheurs d'ocre et de bistre ; 5+4 a
65 Et l'on entendit l'ululement 5+4 a
         Des démons monter plus distinctement. 5+5 a
         Les cloches sonnaient à toute volée, 5+5 a
         Les chantres chantaient l'âme désolée, 5+5 a
         Et les prêtres priaient tout tremblants 9 a
70 Pâles et tremblants sous leurs surplis blancs. 5+5 a
         Et rempli d'effroi le moine marmonne 5+5 a
         Son rosaire, auprès de sa sœur la nonne. 5+5 a
         Et le coq chanta dans le matin d'or, 5+5 a
         Et les démons s'enfuirent encor. 4+5 a
75 La troisième nuit vint enfin. Livide, 5+5 a
         Dans l'ombre où circule une odeur fétide, 5+5 a
         La flamme des grands cierges consumés, 5+5 a
         Oscille dans les ustres gemmés. 4−5 a
         Au loin les démons dansent une ronde, 5+5 a
80 Et l'on entend leur voix, leur voix qui gronde 5−5 a
         Pareille au vent d'ouest et pareille aux flots 5+5 a
         Qui battent les caps et les îlots. 5+4 a
         Et l'on entend leur bouche qui ricane 5−5 a
         Comme une gueule de barbacane. 4−5 a
85 Et les prêtres restent tout tremblants 5+4 a
         Tremblants et muets sous leurs surplis blancs. 5+5 a
         Et la nonne et le moine son frère 4+5 a
         Tombent la face contre la terre. 4−5 a
         Et les cloches, hélas ! Ne tintent plus, 10 a
90 Tant les sonneurs de terreur sont perclus. 5−5 a
         Les saints claquent des dents au fond des châsses. 5−5 a
         Avec fracas s'écroulent les rosaces. 10 a
         Flambeaux éteints et psaumes finis, 4+5 a
         Gloire à l'enfer et péchés punis ! 4+5 a
95 Alors, brisant les verrous de la porte 5−5 a
         Un démon vient pour emmener la morte. 5−5 a
         Un grand démon à l'œil phosphorescent : 5−5 a
         L'église semble rouge de sang. 4−5 a
         À son appel, malgré cordes et chaîne, 10 a
100 S'ouvre à l'instant le lourd cercueil de chêne 5−5 a
         " péchés punis, et gloire à l'enfer ! 4+5 a
         Reconnais-tu messire Lucifer ? " 10 a
         La morte se leva blafarde et roide, 10 a
         Son linceul trempé d'une sueur froide. 5+5 a
105 Sur la route un cheval les attendait 10 a
         Qui par les naseaux des flammes rendait. 5+5 a
         Le démon fit monter la vieille en croupe, 10 a
         Et partit au galop avec sa troupe. 10 a
         Il partit au galop par des chemins 10 a
110 Dont le roi Christus garde les humains ! 5+5 a
mètre profils métriques : 5÷5, 4÷5
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie