MRT_3/MRT180
Albert Mérat
L'ADIEU
1873
XIV
         J’ai fait ce rêve bien souvent, 8
         Qui mettait mon cœur en détresse : 8
         L’amour, soufflant comme le vent, 8
         Avait emporté ma maîtresse. 8
5 Mais au matin quel beau réveil ! 8
         A mes yeux et dans mes oreilles, 8
         C’étaient ses yeux comme un soleil 8
         Et des paroles sans pareilles; 8
         Maintenant presque chaque nuit 8
10 Je fais encor ce mauvais rêve : 8
         C’est le regret qui le conduit 8
         Et l’amertume qui l’achève. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie