NOA_1/NOA80
Anna de Noailles
Les Vivants et les Morts
1913
II
LES CLIMATS
ARLES
         Mes souvenirs, ce soir, me séparent de toi ; 12
         Au-dessus de tes yeux, de ta voix qui me parle, 12
         De ce frais horizon d'églises et de toits, 12
         J'écoute, dans mon rêve où frémit leur émoi, 12
5 Les hirondelles sur le ciel d'Arles ! 9
         La nuit était torride à l'heure du couchant. 12
         Les doux cieux languissaient comme une barcarolle ; 12
         Deux colonnes des Grecs, levant leurs bras touchants, 12
         Semblaient une Andromaque éplorée, et cherchant 12
10 A fléchir une ombre qui s'envole ! 9
         Ce qu'un beau soir contient de perfide langueur 12
         Ployait dans un silence empli de bruits infimes ; 12
         Je regardais, les mains retombant sur mon cœur, 12
         Briller ainsi qu'un vase où coule la chaleur, 12
15 Le pâle cloître de Saint-Trophime ! 9
         Une brise amollie et lourde de parfums, 12
         Glissait, silencieuse, au bord gisant du Rhône. 12
         Tout ce que l'on obtient me semblait importun, 12
         Mes pensers, mes désirs, s'éloignaient un à un 12
20 Pour monter vers d'invisibles zones ! 9
         O soleil, engourdi par les senteurs du thym, 12
         Parfums de poivre et d'huile épandus sur la plaine, 12
         Rochers blancs, éventés, où, dans l'air argentin, 12
         On croit voir, se gorgeant des flots du ciel latin, 12
25 Les rapides Victoires d'Athènes ! 9
         Soir torturé d'amour et de pesants tourments, 12
         Grands songes accablés des roseaux d'Aigues-Mortes, 12
         Musicale torpeur où volent des flamants, 12
         Couleur du soir divin, qui promets et qui ments, 12
30 C'est ta détresse qui me transporte ! 9
         Ah ! les amants unis, qui dorment, oubliés, 12
         Dans les doux Alyscamps bercés du clair de lune, 12
         Connaissent, sous le vent léger des peupliers, 12
         Le bonheur de languir, assouvis et liés, 12
35 Dans la même amoureuse infortune ; 9
         Mais les corps des vivants, aspirés par l'été, 12
         Sont des sanglots secrets que tout l'azur élance. 12
         Je songeais sans parler, lointaine à vos côtés ; 12
         Qui jamais avouera l'âpre infidélité 12
40 D'un cœur sensible dans le silence !… 9
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie