NOA_1/NOA88
Anna de Noailles
Les Vivants et les Morts
1913
II
LES CLIMATS
UN SOIR À LONDRES
....................................................
         Les parfums vont en promenade 8
          Sur l'air brumeux, 4
         Une âme ennuyée et malade 8
          Flotte comme eux. 4
5 Les rhododendrons des pelouses, 8
          D'un lourd éclat, 4
         Semblent des collines d'arbouses 8
          Et d'ananas. 4
         Un temple grec dans le feuillage 8
10  Semble un secret, 4
         Vénus voile son visage 8
          Dans ses doigts frais. 4
         O petit fronton d'Ionie, 8
          Que tu me plais, 4
15 Dans la langoureuse agonie 8
          D'un soir anglais ! 4
         Je t'enlace, je veux suspendre 8
          A ta beauté, 4
         Mon cœur, ce rosier le plus tendre 8
20  De tout l'été. 4
         — Mais sur tant de langueur divine 8
          Quel souffle prompt ? 4
         Je respire l'odeur saline, 8
          Et le goudron ! 4
25 C'est le parfum qui vient d'Irlande, 8
          C'est le vent, c'est 4
         L'odeur des Indes, qu'enguirlande 8
          L'air écossais ! 4
         O toi qui romps, écartes, creuses 8
30  Le ciel d'airain, 4
         Rapide odeur aventureuse 8
          Du vent marin, 4
         Va consoler, dans le Musée 8
          Au beau renom, 4
35 La divine frise offensée 8
          Du Parthénon ! 4
         Va porter l'odeur des jonquilles, 8
          Du raisin sec, 4
         Aux vierges tenant les faucilles 8
40  Et le vin grec. 4
         — Cavalerie athénienne, 8
          O jeunes gens ! 4
         Guirlande héroïque et païenne 8
          Du ciel d'argent ; 4
45 Miel condensé de la nature, 8
          O cire d'or, 4
         Gestes joyeux, sainte Écriture, 8
          Céleste accord ! 4
         Phalange altière et sans seconde, 8
50  O rire ailé, 4
         Bandeau royal au front du monde, 8
          Ccœur déroulé, 4
         Prenez votre place éternelle, 8
          Votre splendeur, 4
55 Dans l'infini de ma prunelle 8
          Et de mon cœur… 4
         Une maison de brique rouge 8
          Tremble sur l'eau, 4
         On entend un oiseau qui bouge 8
60  Dans le sureau. 4
         Quelle céleste main fait fondre 8
          La brume et l'or 4
         Des nébuleux matins de Londres 8
          Et de Windsor ? 4
65 Des chevreuils, des biches, en bande, 8
          D'un pied dressé 4
         Semblent rôder dans la légende 8
          Et le passé. 4
         La pluie attache sa guirlande 8
70  Au bois en fleur : 4
         Écoute, il semble qu'on entende 8
          Battre le cœur 4
         De l'intrépide Juliette, 8
          Ivre d'été, 4
75 Qui bondit, sanglote, halette 8
          De volupté ; 4
         De Juliette qui s'étonne 8
          D'être, en ces lieux, 4
         Plus amoureuse qu'à Vérone 8
80  Près des ifs bleus. 4
         — Tout tremble, s'exalte, soupire ; 8
          Ardent émoi. 4
         O Juliette de Shakspeare, 8
          Comprenez-moi !… 4
mètre profils métriques : 4, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie