NOA_1/NOA95
Anna de Noailles
Les Vivants et les Morts
1913
III
LES ÉLÉVATIONS
MON DIEU, JE NE SAIS RIEN…
         Mon Dieu, je ne sais rien, mais je sais que je souffre 12
         Au delà de l'appui et du secours humain, 12
         Et, puisque tous les ponts sont rompus sur le gouffre, 12
         Je vous nommerai Dieu, et je vous tends la main. 12
5 Mon esprit est sans foi, je ne puis vous connaître, 12
         Mais mon courage est vif et mon corps fatigué, 12
         Un grand désir suffit à vous faire renaître, 12
         Je vous possède enfin puisque vous me manquez ! 12
         Les lumineux climats d'où sont venus mes pères 12
10 Ne me préparaient pas à m'approcher de vous, 12
         Mais on est votre enfant dès que l'on désespère 12
         Et quand l'intelligence à plier se résout. 12
         J'ai longtemps recherché le somptueux prodige 12
         D'un tout-puissant bonheur sans fond et sans parois : 12
15 La profondeur est close au prix de mon vertige, 12
         Et mon torrent toujours rejaillissait vers moi. 12
         Ni les eaux, ni le feu, ni l'air ne vous célèbrent 12
         Autant que mon inerte, actif et vaste amour ; 12
         La lumière est en moi, j'erre dans les ténèbres 12
20 Quand mes yeux sont voilés par la clarté du jour ! 12
         Jamais un être humain avec plus de constance 12
         N'a tenté de vous joindre et d'échapper à soi. 12
         Au travers des désirs et de leur turbulence, 12
         J'ai cherché le moment où l'on vous aperçoit. 12
25 — Je vous ai vu au bord de ces païens rivages 12
         Où les temples ouverts, envahis par l'été, 12
         Maintiennent dans le temps, avec un long courage, 12
         De votre aspect changeant la multiple unité. 12
         Je vous vois, dieu guerrier, quand la foule unanime, 12
30 Effaçant ses contours, arrachant ses liens, 12
         Semble un compact éther aspiré par les cimes 12
         Et gagne le sommet de monts cornéliens. 12
         Je vous vois, quand ma ville, ainsi qu'un pâle orage, 12
         Étend à l'infini le désert de ses toits, 12
35 Et que mes yeux, mêlés aux langueurs des nuages, 12
         Se traînent sans trouver vos véritables lois. 12
         Je vous vois, sur les fronts ternis comme des cibles, 12
         De ceux-là qui jamais ne déposent leur faix, 12
         Qui, s'efforçant toujours au delà du possible 12
40 Ont le zèle offensé d'un héros contrefait. 12
         Je vous vois, quand un corps craintif va se résoudre 12
         A saisir le bonheur suave et malfaisant ; 12
         Quand le plaisir au cœur roule comme la foudre 12
         Et semble un meurtrier qui console en tuant ! 12
45 C'est vous qui rayonnez avec les douze apôtres 12
         Dans les gémissements, les appels et les cris, 12
         Dans un être éperdu qu'on sépare de l'autre, 12
         Dans ces lambeaux de chair où se mouvait l'esprit ; 12
         Dans ces regards accrus que la douleur tenaille : 12
50 Athlètes enchaînés où vient perler le sang, 12
         Terribles yeux, frappés ainsi que des médailles 12
         Où l'on voit la beauté d'un mort ou d'un absent ! 12
         — Seigneur, vous l'entendez, je n'ai pas d'autre offrande 12
         Que ces pourpres charbons retirés des enfers, 12
55 Depuis longtemps l'eau vive et l'agreste guirlande 12
         S'échappaient de mes bras, épars comme un désert. 12
         Mais ce que je vous donne est le soupir des âges ; 12
         L'orgueil désabusé porte la corde au cou ; 12
         Et ma simple présence est comme un clair présage 12
60 Qu'un siècle plus gonflé veut s'écouler en vous. 12
         Ce n'est pas la langueur, ce n'est pas la faiblesse 12
         Qui me fait vous louer et vers vous me conduit, 12
         Mais l'exaltant soleil, comblé de mes caresses, 12
         Quand mon esprit souffrait l'a laissé dans la nuit. 12
65 — J'ai vu que tout priait, le désir et la plainte, 12
         Que les regards priaient en se cherchant entre eux, 12
         Que les emportements, le délire et l'étreinte 12
         Sont la tentation que nous avons de Dieu. 12
         Je ne puis l'expliquer, mais votre éclat suprême 12
70 Semble être mon reflet au lac d'un paradis, 12
         Un soir je vous ai vu ressembler à moi-même, 12
         Sur la route où mon corps par l'ombre était grandi ; 12
         C'est toujours soi qu'on cherche en croyant qu'on s'évade, 12
         On voudrait reposer entre ses bras bénis ; 12
75 Votre amour et le mien jamais ne rétrogradent, 12
         Et je m'entoure enfin de mon cœur infini… 12
         Je le sais, mes pas sont enlizés dans le sable, 12
         Tout le poids de la vie est retenu au sol, 12
         Mais la flèche du cœur va vers l'inconnaissable 12
80 Et l'esprit ébloui accompagne ce vol ; 12
         Je ne veux plus revoir ce trop humain désastre 12
         Qui m'avait assourdie et me crevait les yeux ; 12
         Ces nuits où la douleur m'apparentait aux astres, 12
         Par l'effort éloigné, vain et silencieux ; 12
85 La détresse a besoin d'une immense étendue, 12
         D'une voûte où l'amour coule jusqu'aux deux bords ; 12
         Une ardeur sans espoir n'est plus interrompue, 12
         Et l'espace est moins haut que son plaintif essor. 12
         C'est pourquoi, les yeux clos aux lueurs de la terre, 12
90 Délaissant ma raison comme un trop faible ami, 12
         Je vous bois, ô torrent dont le feu désaltère, 12
         Dieu brûlant, vous en qui tout excès est permis… 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie