PON_1/PON14
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
LA MUSE AU CABARET
OUVRIER SANS TRAVAIL
         C’est généralement le soir 8
         Qu’il opère, dans un coin sombre. 8
         Rapport au sergot, ce rasoir, 8
         Dont il redoute même l’ombre. 8
5 Lorsque vous passez près de lui, 8
         Il prend un air de circonstance, 8
         Pour vous raconter son ennui, 8
         Et réclamer votre assistance. 8
         Il se dit, tout en larmoyant, 8
10 Un pauvre ouvrier sans ouvrage. 8
         Il n’a le moindre sou vaillant, 8
         Mais trois… quatre enfants en bas âge, 8
         C’est pour eux, qui meurent de faim, 8
         Qu’il implore un léger service 8
15 De votre bon cœur. Puis, enfin… 8
         Il vient de sortir de l’hospice. 8
         Pour que vous ne vous y trompiez, 8
         Il vous exhibe, probatoires, 8
         On ne sait quels crasseux papiers, 8
20 Couverts d’illisibles grimoires. 8
         Comme vous devez bien penser, 8
         C’est de la pure faribole ; 8
         Mais, pour vous en débarrasser, 8
         Vous y allez de votre obole. 8
25 Et vous vous dites : « Après tout, 8
         S’il a vraiment faim ? » C’est possible, 8
         En tout cas, il a soif surtout : 8
         Je le jurerais sur la Bible. 8
         Dès qu’il a de vous obtenu 8
30 Quelques sous, à toute vitesse, 8
         Chez le premier bistro venu, 8
         Il court oublier sa détresse. 8
         Pas plus tard que le lendemain, 8
         Et toujours à la même place, 8
35 Il vous tend de nouveau la main, 8
         Étant en la même disgrâce : 8
         Comme la veille, c’est fatal, 8
         Il vous tient le même langage : 8
         Il sort toujours de l’hôpital, 8
40 Il est encore sans ouvrage. 8
         La première fois qu’on le voit, 8
         On lui donne, aussi la deuxième, 8
         Mettons la troisième… Mais, quoi ! 8
         Tu lui dis, à la quatrième : 8
45 « — Non, mon vieux, pas de boniment 8
         Ne me prends pas pour une poire. 8
         Si tu veux des sous, franchement, 8
         Dis-moi que c’est pour aller boire… 8
         « Et tu les auras. Les voici. 8
50 Mais, vois comme il faut que je t’aime, 8
         Car je suis bien capable aussi 8
         De les aller boire moi-même. » 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie