PON_1/PON22
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
LA MUSE AU CABARET
SÉCHERESSE
À Louis Richard.
         Les champs ont soif, les malheureux ! 8
         Moi, de même. Pitié pour eux ! 8
         Vierge Marie, 4
         Aussi pour moi, je vous en prie. 8
5 Voyez, clochant sur leurs fémurs, 8
         Les blés, avant qu’ils ne soient mûrs. 8
         À la malheure ! 4
         Ils seront fichus tout à l’heure. 8
         Et moi, Madone, qui n’ai bu 8
10 Depuis la mort du père Ubu, 8
         Voyez ma gorge… 4
         Il n’y passerait un grain d’orge. 8
         Voulez-vous faire des heureux ?… 8
         Du vin pour moi, de l’eau pour eux. 8
15 Oh ! l’œuvre pie 4
         Que de guérir notre pépie ! 8
         Intercédez, Reine des lis ! 8
         Auprès de votre divin fils : 8
         Rien ne le touche 4
20 Comme un mot dit par votre bouche ! 8
         Dès qu’il entendra votre voix, 8
         Je suis sûr qu’il me dira : bois, 8
         Te désaltère. 4
         Il dira, de même, à la terre. 8
25 Et, dans l’instant, il répandra 8
         Un bienfaisant Niagara, 8
         D’une main preste, 4
         D’eau divine et de vin céleste. 8
         « Voici de l’eau, vous dira-t-il, 8
30 Chère maman, à plein baril, 8
         À pleine tonne, 4
         Pour que ta campagne mitonne. 8
         « Voilà du vin pour ton ponchon, 8
         Voilà du vin pour ce cochon… 8
35 Qui croit que vivre, 4
         Ne vaut qu’autant que l’on est ivre. » 8
         Et tout aussitôt je verrai 8
         Un vin sympathique et doré 8
         Sourdre, rapide 4
40 Dans mon verre à cette heure vide. 8
         Tout aussitôt les lourds épis 8
         Réveillés, sans plus de répits, 8
         Gonflés de sèves, 4
         Se tiendront droits comme des glaives, 8
45 Et vous verrez les pauvres gens 8
         À pas nombreux et diligents, 8
         En vos chapelles, 4
         Apporter leurs primes javelles. 8
         En procession ils iront 8
50 Ceindre, ô Madone ! votre front 8
         De marguerites, 4
         Et de lis, vos fleurs favorites. 8
         Et moi le profane rimeur, 8
         Si j’en dois croire la rumeur, 8
55 Moi, dont la muse 4
         Est une bacchante camuse, 8
         Je saurai bien, dans un couplet, 8
         Vous égrener un chapelet 8
         De rimes blanches, 4
60 Sur ma lyrette des dimanches. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie