PON_1/PON29
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
LA MUSE AU CABARET
CHANSON
D’après Petœfi Sandor
À Pierre Stevens.
         La bise siffle à ma porte… 7
         C’est l’hiver ! Mais que m’importe 7
         Après tout, l’hiver, alors 7
         Que je puis n’en rien connaître, 7
5 Si, le nez à ma fenêtre, 7
         Je ne regarde dehors ?… 7
         Auprès du feu… sur ma table 7
         Un vin pur, indiscutable… 7
         Quelques compagnons élus, 7
10 De tout repos, et que j’aime 7
         Au moins autant que moi-même, 7
         Que souhaité-je de plus ? 7
         J’ai le bonheur en partage. 7
         Je ne veux rien davantage 7
15 Que ces heures d’amitié. 7
         Comme alors ma joie éclate ! 7
         Comme mon cœur se dilate, 7
         Et déborde de pitié ! 7
         Je suis sûr que cette joie, 7
20 Qui sur ma face rougeoie, 7
         Si je la pouvais semer 7
         Par les campagnes moroses. 7
         On y verrait mille roses 7
         Subitement essaimer. 7
25 Et, si je pouvais de même 7
         Lancer au ciel froid et blême 7
         Mon cœur brûlant et vermeil 7
         Je crois que dans la seconde 7
         Il réchaufferait le monde 7
30 Autant comme le Soleil ! 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie