PON_1/PON38
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
LA MUSE AU CABARET
ALLIANCE FRANCO-RUSSE
À Paul Verola
         Étant à la table d’hôte 7
         D’un hôtel très fréquenté 7
         Sur je ne sais quelle côte 7
         Où l’on se baigne l’été, 7
5 Ma surprise fut extrême 7
         Quand, tout de suite, je vis 7
         Que beaucoup mieux que moi même 7
         Mes voisins étaient servis. 7
         Un sinistre majordome 7
10 Leur passait les fins morceaux, 7
         Tandis que ce diable d’homme 7
         Me refilait tous les os. 7
         Si j’attrapais quelque miette, 7
         Ce n’est qu’en catimini. 7
15 Mais il prenait mon assiette, 7
         Avant que j’eusse fini. 7
         Je pensais : c’est un usage 7
         Qui ne m’était pas connu, 7
         De faire mauvais visage 7
20 Au dernier client venu. 7
         On veut peut-être, ô mystère ! 7
         Devant que de l’accueillir, 7
         Lui tâter le caractère, 7
         Le laisser un peu vieillir. 7
25 Je n’y prêtai, je dois dire, 7
         Davantage attention, 7
         Étant plus enclin à rire, 7
         En pareille occasion. 7
         Plus tard, quand je dus inscrire, 7
30 Au livre des voyageurs, 7
         Mon nom de très pauvre sire, 7
         Je demeurai tout songeur : 7
         Avec une véritable 7
         Stupéfaction j’appris 7
35 Que tous mes voisins de table 7
         Étaient des clients — de prix, 7
         Des seigneurs considérables, 7
         Des dames du plus haut rang, 7
         Pour lesquels sont misérables 7
40 Deux cent mille francs par an. 7
         Fallait, pour que je le crusse, 7
         Que je le lusse, vraiment, 7
         Et tout ce monde était Russe, 7
         Comme on ne l’est seulement 7
45 Qu’en France. Et tous étaient princes, 7
         Pour le moins, nés Troubetzkoï, 7
         Et possédant des provinces. 7
         Tous ! jusques au moindre « boy ». 7
         Ma foi ! qu’à cela ne tienne. 7
50 Que s’il faut pour vivre ici 7
         Être un Troubetzkoï, pardienne ! 7
         Troubetzkoïsons-nous y. 7
         Et sur le susdit registre, 7
         Sans hésiter, sans émoi, 7
55 À mon nom si terne et bistre 7
         J’ajoutai : né Troubetzkoi. 7
         De ce jour, à table d’hôte, 7
         On fut plein d’égards pour moi, 7
         Puisque j’étais de la côte 7
60 De l’illustre Troubetzkoi. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie