PON_1/PON79
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
PROPOS DE TABLE
MARIAGE CHINOIS
         Dans un vieux magazine, 6 a
         N’ai-je pas lu qu’en Chine, 6 a
         Quand les parents venaient 6 b
         De mettre un fils en terre, 6 c
5 Péri célibataire, 6 c
         Qu’aussi bien ils tenaient 6 b
         Pour sûr que cette vie 6 a
         D’une autre était suivie, 6 a
         Leur deuil était cruel ; 6 b
10 D’autant plus que son ombre 6 c
         Allait souffrir d’un sombre 6 c
         Célibat éternel ! 6 b
         Alors, ces pauvres brutes, 6 a
         Sans perdre une minute, 6 a
15 Pour conjurer le sort, 6 b
         Avisaient une morte, 6 c
         Qu’elle eût, en quelque sorte, 6 c
         À se conjoindre au mort. 6 b
         Quant à la demoiselle, 6 a
20 Ils répondaient pour elle. 6 a
         — C’était bien suffisant 6 b
         En ladite occurrence 6 c
         Disons-nous pas en France : 6 c
         « Qui ne dit mot, consent ? » 6 b
25 C’est ainsi, tombes closes, 6 a
         Qu’on arrange les choses 6 a
         Chez ce peuple sournois. 6 b
         Ah ! Seigneur de l’Espace ! 6 c
         Faites que je trépasse, 6 c
30 Avant d’être Chinois ! 6 b
         Mourir, avec l’idée, 6 a
         Qu’une fois décédée, 6 a
         Au monde d’ici-bas, 6 b
         Ma pauvre âme damnée 6 a
35 Se verrait condamnée 6 a
         À ne reposer pas ! 6 b
         Ô chinoise amertume ! 6 a
         Être un mari… posthume ! 6 a
         Je vous demande un peu 6 b
40 Une femme qui tombe 6 c
         Tout à trac, dans ma tombe ! 6 c
         S’en dresse mon cheveu ! 6 b
         Et comme je suppose 6 a
         Que dans ce lieu morose, 6 a
45 Qu’est la noire Cité, 6 b
         Il n’est pas de divorce, 6 c
         Jouir de cette entorse 6 c
         Pendant l’éternité ! 6 b
mètre profil métrique : 6
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie