PON_1/PON82
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
PROPOS DE TABLE
LA FÊTE DU SOLEIL
La fête aura lieu sur la deuxième
plate-forme de la Tour Eiffel. Nos
astronomes y passeront la nuit et
salueront le Soleil à son lever, etc.
         J’allai donc de mon pas rapide, 8
         Interwiever, pour mon journal, 8
         Flammarion, notre intrépide 8
         Astronome national. 8
5 L’heure me semblait opportune. 8
         C’était le soir. Je le trouvai 8
         En train de farfouiller la Lune 8
         De son télescope éprouvé. 8
         Avec une grâce parfaite 8
10 Il m’accueillit : « Ah ! ah ! fit-il, 8
         Vous venez encor pour… la fête ? 8
         Vous me trouvez bien puéril ?… 8
         « C’est vous, laissez-moi vous le dire. 8
         Qui n’êtes du tout sérieux. 8
15 En vérité, je vous admire. 8
         Et quoi ! vous voilà furieux, 8
         « Parce que, depuis des semaines, 8
         Le Soleil ne s’est pas montré ! 8
         Mais, malheureux énergumènes, 8
20 Doit-il donc luire à votre gré ? 8
         « Vous autres, terriens, en masse, 8
         Vous ne vous doutez pas que si 8
         Le Soleil vous fait la grimace. 8
         C’est pour les raisons que voici : 8
25 Au temps heureux des premiers âges, 8
         C’était un dieu des plus puissants, 8
         Ayant ses pontifes, ses mages, 8
         Dont il subodorait l’encens. 8
         Et, pour se le rendre propice, 8
30 Chaque matin, au point du jour, 8
         On lui offrait des sacrifices 8
         Avec des prières autour. 8
         Aujourd’hui, mufles que vous êtes, 8
         Vous le traitez comme un hébreu. 8
35 Alors, il choisit ses planètes, 8
         Et vous néglige quelque peu. 8
         Cette fête est donc ordonnée 8
         Pour vous le rerendre flambart, 8
         Oui. Je veux qu’il ait sa journée, 8
40 À l’instar de Sarah Bernhardt. 8
         Le vingt et un juin, dès l’aurore, 8
         Au mitan de la Tour Eiffel 8
         Dès que nous le verrons éclore, 8
         Nous nous écrierons : c’est Blondel ! 8
45 Et moi, coiffé d’un « pschent » énorme, 8
         Selon les rites coutumiers, 8
         À la deuxième plate-forme 8
         Je sacrifierai trois béliers. 8
         Puis je ferai, pour l’assistance, 8
50 Après quelques libations, 8
         Une petite conférence, 8
         Avec maintes projections. 8
         Revenus sur la terre ferme, 8
         Un chœur de mille exécutants 8
55 Nous régalera dur et ferme, 8
         D’une cantate de Rostand ; 8
         Enfin, pour corser le programme. 8
         Nous irons dans un cabaret, 8
         Songer au salut de notre âme. 8
60 En buvant quelque bon clairet. » 8
         — Mais, pardon, lui dis-je, cher maître 8
         Qu’arrivera-t-il, dans le cas 8
         Où, pour votre fête champêtre 8
         Le Soleil ne paraîtrait pas ? 8
65 — À la guerre comme à la guerre. 8
         On s’en passerait, c’est certain. 8
         Au surplus, nous ne risquons guère 8
         En emportant notre « pépin. » 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie