PON_1/PON83
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
PROPOS DE TABLE
ÉTRENNES INUTILES
À Robert Noir.
Une fillette de quinze ans accusée
de coups et blessures, ayant traité
le Tribunal de vaches, de tantes
et de fumier, a été envoyée
dans une maison de correction jusqu’à
l’âge de vingt ans.
(Le Temps, 27 décembre 1901.)
         Ô Juges, mes petits pères, 7
         Vous êtes par trop sévères 7
         Pour cette jeune houri, 7
         De la mère Angot filleule, 7
5 Encor qu’elle vous engueule 7
         Comme du poisson pourri ! 7
         Mon Dieu ! son vocabulaire 7
         N’a rien qui vous puisse plaire. 7
         Il est bien certain que si 7
10 C’est là toutes vos étrennes, 7
         Vous n’aurez pas les mains pleines, 7
         Au Jour de l’An. Mais aussi, 7
         Songez que cette fillette 7
         A l’âge de Juliette ; 7
15 Qu’elle attend son Roméo, 7
         Qui sait ?… Qu’elle ne discerne 7
         Pas encore une lanterne 7
         D’un nègre de Bornéo ?… 7
         Il n’est injure notable 7
20 Que d’un être responsable, 7
         Et celle-ci ne l’est pas. 7
         Elle vous l’a fait connaître, 7
         Ô Juges ! qui pourriez être 7
         Ses papas et grands-papas. 7
25 Tout dans ses propos annonce 7
         Qu’elle ne possède une once 7
         De saine mentalité. 7
         Donc, ce soi-disant outrage 7
         Ne saurait porter ombrage 7
30 À votre sérénité. 7
         Comme feraient des apaches, 7
         Elle vous traite de « vaches » 7
         De « tantes » et de « fumier 7
         Qu’est-ce que cela veut dire ?… 7
35 Ne vaut-il pas mieux sourire 7
         À ce jaspin coutumier ? 7
         Elle n’est que déroutante, 7
         Cette gosse. Appeler tantes, 7
         Des êtres poilus, velus ! 7
40 Traiter de vaches, des hommes, 7
         Quand vous n’êtes guère, en somme, 7
         Qu’oncles et bœufs, tout au plus ! 7
         Tout ça n’a pas d’importance, 7
         Ni ne tire à conséquence. 7
45 Vous le savez bien aussi. 7
         Et puis, magistrats intègres, 7
         Vous n’êtes pas les seuls nègres 7
         Qu’on aura traités ainsi. 7
         Tenez, moi, fils de famille, 7
50 Si chaque fois qu’une fille 7
         M’ayant appelé « fumier » 7
         M’eût fait cadeau d’une « thune » 7
         J’estime que ma fortune 7
         Monterait jusqu’au premier ! 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie