PON_1/PON89
Raoul Ponchon
La muse au cabaret
1920
PROPOS DE TABLE
LE FAUX NEZ
À Hugues Delorme.
         Un jour de la Mi-Carême 7 a
         À me rigoler moi-même 7 a
         Étant bien déterminé, 7 b
         Il me prit la fantaisie, 7 c
5 Sur ma face cramoisie 7 c
         De me coller un faux nez. 7 b
         Un pif superhébraïque. 7 a
         Il fallait être héroïque 7 a
         Pour l’arborer. En effet, 7 b
10 On eût dit une gargouille ; 7 c
         Mais comme toujours il mouille 7 c
         Ce jour-là, c’était parfait. 7 b
***
         Me voilà donc dans la rue, 7 a
         Emmi la foule bourrue, 7 a
15 Avec ce nez triomphant. 7 b
         Pour l’un, j’étais le « nasique » 7 c
         Monarque de la Belgique, 7 c
         Pour l’autre un jeune éléphant. 7 b
         Fort heureux, en fin de compte, 7 a
20 Qu’on se trompât sur ma trompe. 7 a
         J’étais donc sans nul émoi, 7 b
         N’ayant qu’une seule envie, 7 c
         C’est de traverser la Vie, 7 c
         De tous ignoré, fors moi. 7 b
25 Je suivis de préférence, 7 a
         Comme aussi par déférence, 7 a
         Un char, où quelques « beautés » 7 b
         Faisaient cortège à la Reine, 7 c
         Me croyant à la sereine 7 c
30 Époque des Royautés. 7 b
         Et plus j’étais anonyme, 7 a
         Et plus, en mon for intime, 7 a
         J’allais me gorgiasant. 7 b
         Mon Dieu ! qu’il faut peu de chose 7 c
35 Pour voir l’existence en rose ! 7 c
         Un nez, c’est bien suffisant. 7 b
         Tout à coup, dans cette foule, 7 a
         Un bras sous mon bras se coule ; 7 a
         C’est une marquise, au moins ?… 7 b
40 Qui, sans hésiter, me cueille, 7 c
         M’invite à son « portefeuille », 7 c
         Et me veut voir sans témoins. 7 b
         Elle avait dû, j’imagine, 7 a
         Tiquer sur mon aubergine, 7 a
45 Et, dans son illusion, 7 b
         Me jugeant à son échelle, 7 c
         En tirer je ne sais quelle 7 c
         Flatteuse conclusion. 7 b
         Je suivis la demoiselle. 7 a
50 Mais, en arrivant chez elle. 7 a
         Mon nez était détrempé, 7 b
         Et pendait comme une loque, 7 c
         Si bien que notre colloque 7 c
         Fut court sur le canapé. 7 b
55 Elle me fit une escorte 7 a
         De coups de pieds, à la porte, 7 a
         En me traitant de feignant 7 b
         Ce qui prouve bien, en somme 7 c
         Que le nez ne fait pas l’homme. 7 c
60 Fût-il impressionnant. 7 b
mètre profil métrique : 7
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie